Une enquête été ouverte en Belgique contre Credit Suisse et ses clients belges n'ayant pas encore régularisé leur situation. Les enquêteurs vérifient s'il y a eu blanchiment d'argent et exercice illégal du métier d'intermédiaire financier, indique le porte-parole du parquet fédéral à l'Echo.

Selon le quotidien, le parquet fédéral est en possession d'une liste reprenant des données sur plus de 2.600 clients belges du Credit Suisse. Ces données portent sur la période entre 2003 et 2014, a confirmé le parquet fédéral, qui ajoute qu'il avait reçu ces données l'an dernier des autorités françaises.

L'administration fiscale a également obtenu ces informations au début de cette année mais n'a pas dévoilé sa source.

Credit Suisse affirme se conformer aux règlementations

"Credit Suisse applique une politique stricte de tolérance zéro et souhaite entretenir des relations avec des clients qui ont payé leurs impôts et entièrement déclaré leurs actifs", a réagi la deuxième plus grande banque de Suisse samedi, après que des soupçons de fraude fiscale ont été évoqués dans la presse.

"Nous nous conformons de manière stricte à toutes les lois, règles et réglementations applicables dans les pays dans lesquels nous opérons", a ajouté la banque.

Une enquête été ouverte en Belgique contre Credit Suisse et ses clients belges n'ayant pas encore régularisé leur situation. Les enquêteurs vérifient s'il y a eu blanchiment d'argent et exercice illégal du métier d'intermédiaire financier, indique le porte-parole du parquet fédéral à l'Echo. Selon le quotidien, le parquet fédéral est en possession d'une liste reprenant des données sur plus de 2.600 clients belges du Credit Suisse. Ces données portent sur la période entre 2003 et 2014, a confirmé le parquet fédéral, qui ajoute qu'il avait reçu ces données l'an dernier des autorités françaises. L'administration fiscale a également obtenu ces informations au début de cette année mais n'a pas dévoilé sa source. "Credit Suisse applique une politique stricte de tolérance zéro et souhaite entretenir des relations avec des clients qui ont payé leurs impôts et entièrement déclaré leurs actifs", a réagi la deuxième plus grande banque de Suisse samedi, après que des soupçons de fraude fiscale ont été évoqués dans la presse. "Nous nous conformons de manière stricte à toutes les lois, règles et réglementations applicables dans les pays dans lesquels nous opérons", a ajouté la banque.