Il s'agit du montant d'intérêts supplémentaires que le Trésor devra débourser durant toute la durée de vie des obligations linéaires (OLO) émises l'an dernier, en comparaison avec les taux qu'il aurait payés si les rendements obligataires étaient restés au même niveau qu'en 2021.

En 2022, les taux d'intérêt ont fortement augmenté. Le taux des OLO à 10 ans, obligations belges de référence, est passé de 0,2% fin 2021 à 3,2% à la fin de l'année dernière. Il se situe encore à plus de 2,7% actuellement. Pour refinancer sa dette, l'État fédéral doit donc payer beaucoup plus cher que s'il avait emprunté le même montant en 2021.

L'an dernier, l'État belge a émis des OLO pour un montant total de 44 milliards d'euros. Sur la base des taux moyens obtenus pour les différentes obligations émises en 2022, on peut calculer que le total des intérêts que l'État fédéral aura à payer sur cette nouvelle dette sera de 14 milliards d'euros.

En effectuant le même calcul, mais avec les taux moyens que le Trésor avait obtenus en 2021 pour des obligations comparables, on constate que, dans ces conditions plus favorables, le total des intérêts à payer aurait été de 4 milliards d'euros.

Il s'agit du montant d'intérêts supplémentaires que le Trésor devra débourser durant toute la durée de vie des obligations linéaires (OLO) émises l'an dernier, en comparaison avec les taux qu'il aurait payés si les rendements obligataires étaient restés au même niveau qu'en 2021.En 2022, les taux d'intérêt ont fortement augmenté. Le taux des OLO à 10 ans, obligations belges de référence, est passé de 0,2% fin 2021 à 3,2% à la fin de l'année dernière. Il se situe encore à plus de 2,7% actuellement. Pour refinancer sa dette, l'État fédéral doit donc payer beaucoup plus cher que s'il avait emprunté le même montant en 2021. L'an dernier, l'État belge a émis des OLO pour un montant total de 44 milliards d'euros. Sur la base des taux moyens obtenus pour les différentes obligations émises en 2022, on peut calculer que le total des intérêts que l'État fédéral aura à payer sur cette nouvelle dette sera de 14 milliards d'euros. En effectuant le même calcul, mais avec les taux moyens que le Trésor avait obtenus en 2021 pour des obligations comparables, on constate que, dans ces conditions plus favorables, le total des intérêts à payer aurait été de 4 milliards d'euros.