La loi doit être adoptée en procédure d'urgence dans la nuit de samedi à dimanche, pour permettre le lancement de la recapitalisation dès lundi de quatre principales banques du pays, la Banque nationale de Grèce, Alpha, la banque du Pirée et Eurobank, a indiqué le vice-président du gouvernement grec, Ioannis Dragasakis.

Cette recapitalisation a été décidée dans le cadre du nouveau prêt accordé à la Grèce en juillet par la zone euro et le FMI pour lui éviter un défaut de paiement. Dans le cadre de cet accord, 25 milliards d'euros sont consacrés à la recapitalisation des banques grecques, dont 10 milliards ont été déjà versés au Fonds hellénique de stabilité (FHS) en août.

Plombées ces dernières années par les créances douteuses sur fond de la récession qui frappe le pays, les banques grecques ont été encore considérablement affaiblies avec la fuite des capitaux durant le premier semestre de cette année, lors de la crise des relations entre le gouvernement de gauche en Grèce et ses partenaires européens.

Les résultats sur les tests de résistance des banques grecques effectués par l'autorité européenne de supervision bancaire, basée à Francfort (ouest de l'Allemagne), seront annoncés samedi en fin matinée. Avec cette recapitalisation, le gouvernement grec cherche à la fois à attirer des investisseurs étrangers mais aussi permettre à l'Etat grec d'y participer sans toutefois entraver la participation des investisseurs intéressés, selon le ministère grec des Finances.

La loi doit être adoptée en procédure d'urgence dans la nuit de samedi à dimanche, pour permettre le lancement de la recapitalisation dès lundi de quatre principales banques du pays, la Banque nationale de Grèce, Alpha, la banque du Pirée et Eurobank, a indiqué le vice-président du gouvernement grec, Ioannis Dragasakis. Cette recapitalisation a été décidée dans le cadre du nouveau prêt accordé à la Grèce en juillet par la zone euro et le FMI pour lui éviter un défaut de paiement. Dans le cadre de cet accord, 25 milliards d'euros sont consacrés à la recapitalisation des banques grecques, dont 10 milliards ont été déjà versés au Fonds hellénique de stabilité (FHS) en août. Plombées ces dernières années par les créances douteuses sur fond de la récession qui frappe le pays, les banques grecques ont été encore considérablement affaiblies avec la fuite des capitaux durant le premier semestre de cette année, lors de la crise des relations entre le gouvernement de gauche en Grèce et ses partenaires européens. Les résultats sur les tests de résistance des banques grecques effectués par l'autorité européenne de supervision bancaire, basée à Francfort (ouest de l'Allemagne), seront annoncés samedi en fin matinée. Avec cette recapitalisation, le gouvernement grec cherche à la fois à attirer des investisseurs étrangers mais aussi permettre à l'Etat grec d'y participer sans toutefois entraver la participation des investisseurs intéressés, selon le ministère grec des Finances.