Les consommateurs sont par exemple approchés par courriel ou les réseaux sociaux, sans avoir sollicité quoi que ce soit, ou trouvent des publicités sur internet. Mais il s'agit de faux crédits qui sont proposés par des escrocs pour subtiliser de l'argent, avertit la FSMA. Les conditions sont en outre souvent très alléchantes et il est demandé aux personnes qui y souscrivent de couvrir certains frais au préalable.

"Il peut s'agir d'une prime d'assurance destinée à protéger le prêteur en cas de non-remboursement du crédit, ou de frais de dossier ou administratifs, etc. Ces frais sont toutefois purement fictifs", précise le gendarme belge des marchés. Une fois ces frais versés, le faux prêteur disparaît et il s'avère quasiment impossible de récupérer les sommes payées. La FSMA a également dressé une liste de sociétés irrégulières actives: Financiën Oplossingen, Groupe 2CM Finance, Loan Express, MC-Express et Prêteur-Garde. Parmi ses recommandations, elle suggère de vérifier les adresses électroniques utilisées et si le prêteur dispose de l'agrément nécessaire.

Les consommateurs sont par exemple approchés par courriel ou les réseaux sociaux, sans avoir sollicité quoi que ce soit, ou trouvent des publicités sur internet. Mais il s'agit de faux crédits qui sont proposés par des escrocs pour subtiliser de l'argent, avertit la FSMA. Les conditions sont en outre souvent très alléchantes et il est demandé aux personnes qui y souscrivent de couvrir certains frais au préalable. "Il peut s'agir d'une prime d'assurance destinée à protéger le prêteur en cas de non-remboursement du crédit, ou de frais de dossier ou administratifs, etc. Ces frais sont toutefois purement fictifs", précise le gendarme belge des marchés. Une fois ces frais versés, le faux prêteur disparaît et il s'avère quasiment impossible de récupérer les sommes payées. La FSMA a également dressé une liste de sociétés irrégulières actives: Financiën Oplossingen, Groupe 2CM Finance, Loan Express, MC-Express et Prêteur-Garde. Parmi ses recommandations, elle suggère de vérifier les adresses électroniques utilisées et si le prêteur dispose de l'agrément nécessaire.