Nickel est déjà présente en France et en Espagne. Pour conquérir le marché belge, la fintech a choisi de faire équipe avec Prodipresse et Perstablo, les réseaux de libraires-presse indépendants.

"Nickel est une vraie nouveauté en Belgique, car c'est la première fois que ce type de compte est ouvert chez des libraires", assure Emmanuel Legras, CEO de Nickel Belgique, lors d'une conférence de presse organisée lundi depuis une librairie-partenaire établie à Dilbeek (Brabant flamand). "Concrètement, l'offre de Nickel permet d'ouvrir un compte de paiement, de recevoir une carte et un IBAN en cinq minutes chez les agents Nickel ou en ligne pour 20 euros par an", explique-t-il.

Une fois les démarches d'inscription effectuées, le client peut faire des opérations de dépôt et des retraits de cash (dont les trois premiers par mois sans frais), mettre en place des prélèvements, retirer de l'argent aux distributeurs automatiques partout dans le monde, acheter en ligne, etc...

Une des clés du succès de la formule repose sur les libraires, ces commerces de proximité qui doivent se réinventer, en ces temps difficiles et chahutés. "La presse est en déclin, le marché du tabac diminue également pour des raisons de santé publique... Résultat? Les libraires sont obligés de se diversifier pour survivre et conserver leur enseigne. Notre fintech, grâce aux services qu'elle propose, offre une solution à ces commerçants. Et puis, nous partageons les mêmes valeurs de simplicité, de bienveillance et d'accessibilité", analyse Emmanuel Legras.

En Belgique, Nickel a pour objectif de conquérir 300.000 clients et 1.400 points de vente d'ici cinq ans. Le groupe aspire, par ailleurs, à devenir le leader européen du compte courant de proximité, en s'implantant dans quatre nouveaux pays à horizon 2024. Un déploiement opérationnel est ainsi prévu au Portugal dans les semaines à venir et en Allemagne en 2023.

Nickel est déjà présente en France et en Espagne. Pour conquérir le marché belge, la fintech a choisi de faire équipe avec Prodipresse et Perstablo, les réseaux de libraires-presse indépendants. "Nickel est une vraie nouveauté en Belgique, car c'est la première fois que ce type de compte est ouvert chez des libraires", assure Emmanuel Legras, CEO de Nickel Belgique, lors d'une conférence de presse organisée lundi depuis une librairie-partenaire établie à Dilbeek (Brabant flamand). "Concrètement, l'offre de Nickel permet d'ouvrir un compte de paiement, de recevoir une carte et un IBAN en cinq minutes chez les agents Nickel ou en ligne pour 20 euros par an", explique-t-il. Une fois les démarches d'inscription effectuées, le client peut faire des opérations de dépôt et des retraits de cash (dont les trois premiers par mois sans frais), mettre en place des prélèvements, retirer de l'argent aux distributeurs automatiques partout dans le monde, acheter en ligne, etc... Une des clés du succès de la formule repose sur les libraires, ces commerces de proximité qui doivent se réinventer, en ces temps difficiles et chahutés. "La presse est en déclin, le marché du tabac diminue également pour des raisons de santé publique... Résultat? Les libraires sont obligés de se diversifier pour survivre et conserver leur enseigne. Notre fintech, grâce aux services qu'elle propose, offre une solution à ces commerçants. Et puis, nous partageons les mêmes valeurs de simplicité, de bienveillance et d'accessibilité", analyse Emmanuel Legras. En Belgique, Nickel a pour objectif de conquérir 300.000 clients et 1.400 points de vente d'ici cinq ans. Le groupe aspire, par ailleurs, à devenir le leader européen du compte courant de proximité, en s'implantant dans quatre nouveaux pays à horizon 2024. Un déploiement opérationnel est ainsi prévu au Portugal dans les semaines à venir et en Allemagne en 2023.