"Selon l'estimation 'flash' du produit intérieur brut (PIB) en volume et corrigé des variations saisonnières et des effets de calendrier, l'activité économique au premier trimestre de 2016 a affiché une croissance de 0,2 % par rapport au trimestre précédent. Comparé au premier trimestre de 2015, le PIB a progressé de 1,5%", explique la BNB.

Quant à 2015, le PIB en volume, corrigé des effets de calendrier, s'est accru de 1,4%, après avoir progressé de 1,3 % en 2014.

La valeur ajoutée dans les services a enregistré une croissance de 1,6%, soit un rebond plus marqué qu'en 2014 (+1,0%). Dans l'industrie, en revanche, on a observé une dynamique inverse, avec une hausse de la valeur ajoutée de 0,4% en 2015, contre 1,7% en 2014. Le rythme s'est également ralenti dans la construction, retombant de 3,3% en 2014 à 2,0% en 2015.

La demande intérieure hors stocks a augmenté de 1,3% en 2015, portée par les dépenses de consommation du secteur privé et par les investissements des entreprises qui ont gonflé de respectivement 1,3 et 3,3%.

La croissance du volume des exportations de biens et de services s'est élevée à 4,8% en 2015, contre 5,4% en 2014. Cette hausse des exportations en 2015 a néanmoins été inférieure à celle des importations (+5,2%), de sorte que les exportations nettes de biens et de services ont apporté une contribution négative de 0,3 point de pourcentage à la croissance du PIB.

Sur l'ensemble de l'année 2015, l'emploi intérieur s'est raffermi de 0,9% (+41.400 personnes), après avoir crû de 0,3% (+15.600 personnes) en 2014.

"Selon l'estimation 'flash' du produit intérieur brut (PIB) en volume et corrigé des variations saisonnières et des effets de calendrier, l'activité économique au premier trimestre de 2016 a affiché une croissance de 0,2 % par rapport au trimestre précédent. Comparé au premier trimestre de 2015, le PIB a progressé de 1,5%", explique la BNB. Quant à 2015, le PIB en volume, corrigé des effets de calendrier, s'est accru de 1,4%, après avoir progressé de 1,3 % en 2014. La valeur ajoutée dans les services a enregistré une croissance de 1,6%, soit un rebond plus marqué qu'en 2014 (+1,0%). Dans l'industrie, en revanche, on a observé une dynamique inverse, avec une hausse de la valeur ajoutée de 0,4% en 2015, contre 1,7% en 2014. Le rythme s'est également ralenti dans la construction, retombant de 3,3% en 2014 à 2,0% en 2015. La demande intérieure hors stocks a augmenté de 1,3% en 2015, portée par les dépenses de consommation du secteur privé et par les investissements des entreprises qui ont gonflé de respectivement 1,3 et 3,3%. La croissance du volume des exportations de biens et de services s'est élevée à 4,8% en 2015, contre 5,4% en 2014. Cette hausse des exportations en 2015 a néanmoins été inférieure à celle des importations (+5,2%), de sorte que les exportations nettes de biens et de services ont apporté une contribution négative de 0,3 point de pourcentage à la croissance du PIB. Sur l'ensemble de l'année 2015, l'emploi intérieur s'est raffermi de 0,9% (+41.400 personnes), après avoir crû de 0,3% (+15.600 personnes) en 2014.