"Cette évolution du bénéfice découle essentiellement de l'augmentation de la contribution de la Banque au revenu monétaire (-380 millions d'euros) et de la diminution du résultat net des opérations financières (-27 millions d'euros)", explique la BNB dans un communiqué.

La Banque a décidé de maintenir sa politique de mise en réserve à hauteur de 50% du bénéfice de l'exercice aussi longtemps que la période des mesures monétaires non conventionnelles perdure. C'est ainsi qu'un montant de 177,7 millions d'euros est affecté à sa réserve disponible, ce qui permet de faire passer les coussins de sécurité de la BNB à 7,1 milliards d'euros.

La BNB va en outre verser un dividende de 138,04 euros par action, en augmentation de 30,5% par rapport à l'exercice 2020. Cette hausse s'explique par le versement cette année d'un dividende de 31,3 millions d'euros par la BRI (la Banque des règlements internationaux basée à Bâle, dont la BNB est actionnaire) et par la plus-value nette générée par la vente par la BNB du bâtiment de son imprimerie (18,1 millions d'euros) qui était situé dans le centre de Bruxelles.

Le solde du bénéfice de l'exercice est attribué à l'État belge conformément à la loi. Pour 2021, il s'élève à 122,5 millions d'euros. A cette somme, s'ajoutent les dividendes que l'Etat belge percevra en sa qualité d'actionnaire, à hauteur de 50%, de la BNB, soit 27,608 millions d'euros. Au total, l'Etat belge touchera donc un peu plus de 150 millions d'euros au titre de l'exercice 2021 de la BNB. C'est plus de deux fois moins que l'année précédente qui avait vu l'Etat belge recevoir près de 310 millions d'euros.

"Cette évolution du bénéfice découle essentiellement de l'augmentation de la contribution de la Banque au revenu monétaire (-380 millions d'euros) et de la diminution du résultat net des opérations financières (-27 millions d'euros)", explique la BNB dans un communiqué. La Banque a décidé de maintenir sa politique de mise en réserve à hauteur de 50% du bénéfice de l'exercice aussi longtemps que la période des mesures monétaires non conventionnelles perdure. C'est ainsi qu'un montant de 177,7 millions d'euros est affecté à sa réserve disponible, ce qui permet de faire passer les coussins de sécurité de la BNB à 7,1 milliards d'euros. La BNB va en outre verser un dividende de 138,04 euros par action, en augmentation de 30,5% par rapport à l'exercice 2020. Cette hausse s'explique par le versement cette année d'un dividende de 31,3 millions d'euros par la BRI (la Banque des règlements internationaux basée à Bâle, dont la BNB est actionnaire) et par la plus-value nette générée par la vente par la BNB du bâtiment de son imprimerie (18,1 millions d'euros) qui était situé dans le centre de Bruxelles. Le solde du bénéfice de l'exercice est attribué à l'État belge conformément à la loi. Pour 2021, il s'élève à 122,5 millions d'euros. A cette somme, s'ajoutent les dividendes que l'Etat belge percevra en sa qualité d'actionnaire, à hauteur de 50%, de la BNB, soit 27,608 millions d'euros. Au total, l'Etat belge touchera donc un peu plus de 150 millions d'euros au titre de l'exercice 2021 de la BNB. C'est plus de deux fois moins que l'année précédente qui avait vu l'Etat belge recevoir près de 310 millions d'euros.