La Belgique joue depuis longtemps un rôle important comme lieu d'implantation pour les infrastructures internationales de marchés financiers (IMF), qui constituent des points de jonction critiques du bon fonctionnement des marchés financiers et services de paiement belges et internationaux comme Swift et Euroclear, explique la BNB.

Outre ces acteurs établis, le pays est devenu un lieu d'implantation important pour les établissements dits de paiement. En 2019, la Banque nationale a ainsi octroyé des agréments à deux établissements de monnaie électronique, à sept établissements de paiement et à un établissement fournissant des services d'information sur les comptes dans le cadre de la PSD2, la directive européenne sur les services de paiement. À côté de ces nouveaux types d'établissements figurent notamment des établissements britanniques ayant constitué une société en Belgique à la suite du Brexit.

L'incidence de la pandémie de coronavirus sur ces établissements a par ailleurs varié selon le type d'activité, ressort-il encore du rapport publié lundi. Les acteurs critiques disposaient, par exemple, de plans de poursuite de l'activité envisageant des scénarios extrêmes comme une pandémie. Ils étaient donc bien préparés et ont recouru au télétravail.

En raison de la volatilité des marchés, les établissements actifs dans la compensation, le règlement de titres et la conservation de titres ont, eux, dû traiter plus d'opérations.

Enfin, le volume de paiements par carte dans les magasins physiques a fortement diminué durant le confinement, tandis que celui des transactions en ligne a nettement augmenté.

La Belgique joue depuis longtemps un rôle important comme lieu d'implantation pour les infrastructures internationales de marchés financiers (IMF), qui constituent des points de jonction critiques du bon fonctionnement des marchés financiers et services de paiement belges et internationaux comme Swift et Euroclear, explique la BNB. Outre ces acteurs établis, le pays est devenu un lieu d'implantation important pour les établissements dits de paiement. En 2019, la Banque nationale a ainsi octroyé des agréments à deux établissements de monnaie électronique, à sept établissements de paiement et à un établissement fournissant des services d'information sur les comptes dans le cadre de la PSD2, la directive européenne sur les services de paiement. À côté de ces nouveaux types d'établissements figurent notamment des établissements britanniques ayant constitué une société en Belgique à la suite du Brexit. L'incidence de la pandémie de coronavirus sur ces établissements a par ailleurs varié selon le type d'activité, ressort-il encore du rapport publié lundi. Les acteurs critiques disposaient, par exemple, de plans de poursuite de l'activité envisageant des scénarios extrêmes comme une pandémie. Ils étaient donc bien préparés et ont recouru au télétravail. En raison de la volatilité des marchés, les établissements actifs dans la compensation, le règlement de titres et la conservation de titres ont, eux, dû traiter plus d'opérations. Enfin, le volume de paiements par carte dans les magasins physiques a fortement diminué durant le confinement, tandis que celui des transactions en ligne a nettement augmenté.