"C'est le résultat d'un gros exercice de réflexion sur notre stratégie", a résumé le gouverneur Pierre Wunsch, jeudi, au cours d'une rencontre avec des journalistes.

Une réflexion qui a mis en lumière certaines forces de la vénérable institution du boulevard de Berlaimont, comme sa crédibilité, sa fiabilité et sa pertinence sociétale, mais aussi certaines faiblesses comme une culture un peu surannée, un déficit d'image et des progrès à réaliser en matière de diversité et de durabilité.

La réorganisation interne de la BNB passe et passera entre autres par la création d'un centre d'expertise pour la gestion des données, une communication plus moderne et un usage plus poussé des nouvelles technologies.

Concernant la publication de ses données et études économiques, la Banque nationale se veut plus pédagogique et mettra davantage l'accent sur certains thèmes comme la révolution numérique ou les changements climatiques. Une attention plus grande sera également accordée à certains aspects régionaux des développements macroéconomiques en Belgique.

La mue de la BNB passera par une diminution du nombre de travailleurs. Alors qu'elle comptait encore 2.674 équivalents temps plein en 2001, la banque n'en comptait plus que 1.758 en 2020 et ce nombre devrait encore diminuer d'une bonne centaine de personnes d'ici 2025. Une baisse qui se fera via des départs naturels, la moyenne d'âge étant assez élevée au sein de l'institution, et qui s'accompagne d'une forte baisse du nombre de cols bleus dans les rangs de la BNB, qui a arrêté les activités de son imprimerie de billets, dont le bâtiment a d'ailleurs été récemment vendu.

"C'est le résultat d'un gros exercice de réflexion sur notre stratégie", a résumé le gouverneur Pierre Wunsch, jeudi, au cours d'une rencontre avec des journalistes. Une réflexion qui a mis en lumière certaines forces de la vénérable institution du boulevard de Berlaimont, comme sa crédibilité, sa fiabilité et sa pertinence sociétale, mais aussi certaines faiblesses comme une culture un peu surannée, un déficit d'image et des progrès à réaliser en matière de diversité et de durabilité. La réorganisation interne de la BNB passe et passera entre autres par la création d'un centre d'expertise pour la gestion des données, une communication plus moderne et un usage plus poussé des nouvelles technologies. Concernant la publication de ses données et études économiques, la Banque nationale se veut plus pédagogique et mettra davantage l'accent sur certains thèmes comme la révolution numérique ou les changements climatiques. Une attention plus grande sera également accordée à certains aspects régionaux des développements macroéconomiques en Belgique.La mue de la BNB passera par une diminution du nombre de travailleurs. Alors qu'elle comptait encore 2.674 équivalents temps plein en 2001, la banque n'en comptait plus que 1.758 en 2020 et ce nombre devrait encore diminuer d'une bonne centaine de personnes d'ici 2025. Une baisse qui se fera via des départs naturels, la moyenne d'âge étant assez élevée au sein de l'institution, et qui s'accompagne d'une forte baisse du nombre de cols bleus dans les rangs de la BNB, qui a arrêté les activités de son imprimerie de billets, dont le bâtiment a d'ailleurs été récemment vendu.