Les billets endommagés peuvent être échangés gratuitement à la Banque nationale, si la détérioration était involontaire et que plus de la moitié de la surface du billet subsiste. "Cette règle existe car les personnes pourraient sinon demander un échange avec deux fois 40% du billet", précise le porte-parole de la BNB Geert Sciot.

Depuis les fortes inondations en Wallonie mi-juillet, 200.000 billets souillés ont été échangés. "Cet argent nous parvient principalement par le biais des banques commerciales", ajoute Geert Sciot. "Il s'agit d'argent que les particuliers ont apporté eux-mêmes à leur banque, mais aussi de l'argent des banques elles-mêmes qui n'était pas en circulation mais a été endommagé dans les distributeurs automatiques par exemple."

La BNB ne connaît pas le montant des billets échangés. "Mais étant donné que le plus petit billet vaut 5 euros, on est déjà au moins à 2 millions d'euros", calcule le porte-parole. "Les billets les plus populaires sont ceux de 20 et 50 euros, donc cela peut vite monter à plusieurs millions d'euros."

L'opération d'échange ne peut s'effectuer que manuellement et la BNB a donc déployé du personnel supplémentaire. "Les billets endommagés ne peuvent pas passer par une machine, nous devons retirer les numéros de billets un par un et les enregistrer tous sur l'ordinateur, ce qui demande un peu de travail", explique Geert Sciot. La BNB a également accéléré les procédures pour venir en aide plus rapidement aux sinistrés.

Les billets souillés sont détruits par la BNB car leur nettoyage est compliqué et le coût trop élevé. "Un billet dont la qualité s'est dégradée ne peut d'ailleurs plus être inséré dans un guichet automatique, il vaut alors mieux le retirer de la circulation", poursuit le porte-parole de la banque nationale.

La BNB n'avait jamais enregistré un échange aussi important de billets endommagés.

Les billets endommagés peuvent être échangés gratuitement à la Banque nationale, si la détérioration était involontaire et que plus de la moitié de la surface du billet subsiste. "Cette règle existe car les personnes pourraient sinon demander un échange avec deux fois 40% du billet", précise le porte-parole de la BNB Geert Sciot. Depuis les fortes inondations en Wallonie mi-juillet, 200.000 billets souillés ont été échangés. "Cet argent nous parvient principalement par le biais des banques commerciales", ajoute Geert Sciot. "Il s'agit d'argent que les particuliers ont apporté eux-mêmes à leur banque, mais aussi de l'argent des banques elles-mêmes qui n'était pas en circulation mais a été endommagé dans les distributeurs automatiques par exemple." La BNB ne connaît pas le montant des billets échangés. "Mais étant donné que le plus petit billet vaut 5 euros, on est déjà au moins à 2 millions d'euros", calcule le porte-parole. "Les billets les plus populaires sont ceux de 20 et 50 euros, donc cela peut vite monter à plusieurs millions d'euros." L'opération d'échange ne peut s'effectuer que manuellement et la BNB a donc déployé du personnel supplémentaire. "Les billets endommagés ne peuvent pas passer par une machine, nous devons retirer les numéros de billets un par un et les enregistrer tous sur l'ordinateur, ce qui demande un peu de travail", explique Geert Sciot. La BNB a également accéléré les procédures pour venir en aide plus rapidement aux sinistrés. Les billets souillés sont détruits par la BNB car leur nettoyage est compliqué et le coût trop élevé. "Un billet dont la qualité s'est dégradée ne peut d'ailleurs plus être inséré dans un guichet automatique, il vaut alors mieux le retirer de la circulation", poursuit le porte-parole de la banque nationale. La BNB n'avait jamais enregistré un échange aussi important de billets endommagés.