Cette somme est partagée entre l'assureur Ageas (44,7%), lui aussi issu du démantèlement de Fortis, l'Etat belge (43,5%) et BNP Paribas (11,7%). L'an dernier, ces différents actionnaires avaient déjà perçu 58,5 millions d'euros. RPI avait été mise sur pied par les trois parties en 2008, dans la foulée de la chute du bancassureur Fortis. L'idée était d'y héberger le portefeuille de produits structurés, dits "toxiques", de Fortis, destiné à être liquidé.

Cette somme est partagée entre l'assureur Ageas (44,7%), lui aussi issu du démantèlement de Fortis, l'Etat belge (43,5%) et BNP Paribas (11,7%). L'an dernier, ces différents actionnaires avaient déjà perçu 58,5 millions d'euros. RPI avait été mise sur pied par les trois parties en 2008, dans la foulée de la chute du bancassureur Fortis. L'idée était d'y héberger le portefeuille de produits structurés, dits "toxiques", de Fortis, destiné à être liquidé.