"Les activités économiques non durables restent trop lucratives. La Commission a fait beaucoup pour renforcer la transparence sur cette absence de durabilité, mais ce problème sous-jacent n'a toujours pas été résolu", commente via communiqué Eva Lindström, membre de la Cour des comptes européenne responsable du rapport.

Pour que l'UE soit efficace dans sa volonté de pousser la "finance durable", elle doit donc parvenir à ce que les impacts sociaux et environnementaux négatifs d'activités économiques non durables se répercutent aussi sur le marché, en termes de coûts, et donc de tarification des émissions de gaz à effet de serre par exemple.

Le rapport regrette par ailleurs le retard pris pour boucler la mise en oeuvre de la taxinomie de l'UE, et pointe le risque existant d'appliquer des critères de "durabilité" différents dans les différents programmes de financement de l'UE. Il faut veiller à davantage de cohérence, préviennent les auditeurs.

"Les activités économiques non durables restent trop lucratives. La Commission a fait beaucoup pour renforcer la transparence sur cette absence de durabilité, mais ce problème sous-jacent n'a toujours pas été résolu", commente via communiqué Eva Lindström, membre de la Cour des comptes européenne responsable du rapport. Pour que l'UE soit efficace dans sa volonté de pousser la "finance durable", elle doit donc parvenir à ce que les impacts sociaux et environnementaux négatifs d'activités économiques non durables se répercutent aussi sur le marché, en termes de coûts, et donc de tarification des émissions de gaz à effet de serre par exemple. Le rapport regrette par ailleurs le retard pris pour boucler la mise en oeuvre de la taxinomie de l'UE, et pointe le risque existant d'appliquer des critères de "durabilité" différents dans les différents programmes de financement de l'UE. Il faut veiller à davantage de cohérence, préviennent les auditeurs.