Au plat pays, une somme épargnée sur un compte d'épargne réglementé en novembre 2020 a rapporté au mieux 0,11% d'intérêts. Mais entre novembre 2020 et novembre 2021, les prix à la consommation ont augmenté en moyenne de 7,1% d'après l'indice harmonisé d'Eurostat, soit une inflation supérieure à celle de tous les pays de la zone euro, sauf les pays baltes (Lettonie, Estonie et Lituanie)

"Le taux d'intérêt nominal a été loin de couvrir la perte de pouvoir d'achat due à l'inflation. Le taux d'intérêt réel a ainsi été de -7%. En bref, en un an, les détenteurs de comptes d'épargne ont perdu 7% de pouvoir d'achat sur leur argent", explique M. Dor.

La cause principale est la hausse annuelle des prix moyens de l'énergie, selon l'économiste. Elle a été de 55% en Belgique, "très supérieure à ce qui a été observé chez les pays voisins. De tous les pays de la zone euro pour lesquels des données sont déjà disponibles, les hausses des prix de l'énergie en Belgique sont championnes."

Au plat pays, une somme épargnée sur un compte d'épargne réglementé en novembre 2020 a rapporté au mieux 0,11% d'intérêts. Mais entre novembre 2020 et novembre 2021, les prix à la consommation ont augmenté en moyenne de 7,1% d'après l'indice harmonisé d'Eurostat, soit une inflation supérieure à celle de tous les pays de la zone euro, sauf les pays baltes (Lettonie, Estonie et Lituanie) "Le taux d'intérêt nominal a été loin de couvrir la perte de pouvoir d'achat due à l'inflation. Le taux d'intérêt réel a ainsi été de -7%. En bref, en un an, les détenteurs de comptes d'épargne ont perdu 7% de pouvoir d'achat sur leur argent", explique M. Dor. La cause principale est la hausse annuelle des prix moyens de l'énergie, selon l'économiste. Elle a été de 55% en Belgique, "très supérieure à ce qui a été observé chez les pays voisins. De tous les pays de la zone euro pour lesquels des données sont déjà disponibles, les hausses des prix de l'énergie en Belgique sont championnes."