Les crypto-monnaies telles que le bitcoin ou l'Ethereum et la technologie blockchain qui les soutient sont l'une des évolutions les plus discutées dans le secteur financier. Il existe de grandes différences entre les pays quant à l'acceptation par l'ensemble de la population de ces nouvelles monnaies et de leur technologie.

Comme toute innovation, les crypto-monnaies suivent une certaine courbe avant d'arriver à leur degré d'acceptation. C'est ce qu'on appelle la courbe de diffusion/adoption de l'innovation (courbe ou loi d'Evrett Rogers). Au début, il y a les innovateurs, qui sont suivis des adoptants précoces, et par après de la majorité précoce qui porte la courbe d'adoption à son apogée. Cette courbe ralentit par la suite, durant une phase au cours de laquelle la majorité tardive et les retardataires finissent par adopter, eux aussi, la nouvelle technologie.

L'Ukraine en tête

En matière de crypto-monnaies, la Belgique ne fait certainement pas partie des innovateurs, ni même des premiers adoptants, mais peut-être bien de la première majorité. Selon Triple A, une société de paiements en cryptomonnaie, 2,4% de la population belge possède des crypto-monnaies. Ce qui place notre pays à la 43e place en termes de pourcentage de population ayant des crypto-monnaies "dans leurs poches". Les cinq premiers pays sont l'Ukraine (12,7%), la Russie (11,9%), le Venezuela (10,4%), Singapour (9,4%) et le Kenya (8,5%). Les États-Unis suivent juste derrière avec 8,33%.

En chiffres absolus, c'est l'Inde qui compte le plus de propriétaires de crypto-monnaies, avec plus de 100 millions. Les États-Unis arrivent en deuxième position avec 27,5 millions d'Américains détenant ce genre de monnaie. Pour la Belgique, le compteur est d'un peu moins de 273.000 propriétaires.

L'Europe plus grande crypto-économie au monde

Selon Chainalysis, une entreprise de données spécialisée dans les crypto-monnaies et les blockchains, ce secteur a le vent en poupe partout. Par rapport à l'année dernière, les investissements en crypto ont augmenté de 880% dans le monde. Les raisons en sont différentes selon les régions. Dans les pays émergents, les gens possèdent principalement des crypto-monnaies pour se protéger contre une dévaluation des monnaies nationales. En Occident, la crypto a reçu un coup de pouce parce que de plus en plus de grands investisseurs institutionnels s'y intéressent et investissent.

Toujours selon Chainalysis, l'Europe est la plus grande crypto-économie au monde, en recevant quelque 1.000 milliards de dollars en crypto-monnaies l'année dernière, ce qui représente 25% de l'activité mondiale. Les États-Unis sont la deuxième région en importance, avec 750 milliards de dollars en valeurs reçues, soit 18%.

L'Europe est également le plus grand fournisseur de liquidités sur les marchés crypto-mondiaux. Cette croissance européenne est tirée par les investisseurs institutionnels qui effectuent de grosses transactions de plus de 10 millions en une fois. En juillet 2020, ces investisseurs institutionnels représentaient un volume de 1,4 milliard de dollars ; un an plus tard, ce volume était passé à 46,3 milliards de dollars.

Le Royaume-Uni est de loin le plus grand crypto-adepte d'Europe avec 170 milliards de dollars de volumes d'échanges. La France, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Espagne complètent le top 5. La Belgique occupe là la 8e place avec quelque 25 milliards de dollars de crypto-valeur reçue.

Les crypto-monnaies telles que le bitcoin ou l'Ethereum et la technologie blockchain qui les soutient sont l'une des évolutions les plus discutées dans le secteur financier. Il existe de grandes différences entre les pays quant à l'acceptation par l'ensemble de la population de ces nouvelles monnaies et de leur technologie.Comme toute innovation, les crypto-monnaies suivent une certaine courbe avant d'arriver à leur degré d'acceptation. C'est ce qu'on appelle la courbe de diffusion/adoption de l'innovation (courbe ou loi d'Evrett Rogers). Au début, il y a les innovateurs, qui sont suivis des adoptants précoces, et par après de la majorité précoce qui porte la courbe d'adoption à son apogée. Cette courbe ralentit par la suite, durant une phase au cours de laquelle la majorité tardive et les retardataires finissent par adopter, eux aussi, la nouvelle technologie.L'Ukraine en têteEn matière de crypto-monnaies, la Belgique ne fait certainement pas partie des innovateurs, ni même des premiers adoptants, mais peut-être bien de la première majorité. Selon Triple A, une société de paiements en cryptomonnaie, 2,4% de la population belge possède des crypto-monnaies. Ce qui place notre pays à la 43e place en termes de pourcentage de population ayant des crypto-monnaies "dans leurs poches". Les cinq premiers pays sont l'Ukraine (12,7%), la Russie (11,9%), le Venezuela (10,4%), Singapour (9,4%) et le Kenya (8,5%). Les États-Unis suivent juste derrière avec 8,33%.En chiffres absolus, c'est l'Inde qui compte le plus de propriétaires de crypto-monnaies, avec plus de 100 millions. Les États-Unis arrivent en deuxième position avec 27,5 millions d'Américains détenant ce genre de monnaie. Pour la Belgique, le compteur est d'un peu moins de 273.000 propriétaires.L'Europe plus grande crypto-économie au mondeSelon Chainalysis, une entreprise de données spécialisée dans les crypto-monnaies et les blockchains, ce secteur a le vent en poupe partout. Par rapport à l'année dernière, les investissements en crypto ont augmenté de 880% dans le monde. Les raisons en sont différentes selon les régions. Dans les pays émergents, les gens possèdent principalement des crypto-monnaies pour se protéger contre une dévaluation des monnaies nationales. En Occident, la crypto a reçu un coup de pouce parce que de plus en plus de grands investisseurs institutionnels s'y intéressent et investissent.Toujours selon Chainalysis, l'Europe est la plus grande crypto-économie au monde, en recevant quelque 1.000 milliards de dollars en crypto-monnaies l'année dernière, ce qui représente 25% de l'activité mondiale. Les États-Unis sont la deuxième région en importance, avec 750 milliards de dollars en valeurs reçues, soit 18%.L'Europe est également le plus grand fournisseur de liquidités sur les marchés crypto-mondiaux. Cette croissance européenne est tirée par les investisseurs institutionnels qui effectuent de grosses transactions de plus de 10 millions en une fois. En juillet 2020, ces investisseurs institutionnels représentaient un volume de 1,4 milliard de dollars ; un an plus tard, ce volume était passé à 46,3 milliards de dollars.Le Royaume-Uni est de loin le plus grand crypto-adepte d'Europe avec 170 milliards de dollars de volumes d'échanges. La France, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Espagne complètent le top 5. La Belgique occupe là la 8e place avec quelque 25 milliards de dollars de crypto-valeur reçue.