Les causes de ce repli sont multiples. Les tensions en Iran et surtout l'épidémie de Covid-19 ont poussé les investisseurs à privilégier le dollar, devise de référence par excellence. La monnaie unique a aussi fait les frais d'une résurgence de l'incertitude politique. La victoire du Sinn Fein aux élections irlandaises p...

Les causes de ce repli sont multiples. Les tensions en Iran et surtout l'épidémie de Covid-19 ont poussé les investisseurs à privilégier le dollar, devise de référence par excellence. La monnaie unique a aussi fait les frais d'une résurgence de l'incertitude politique. La victoire du Sinn Fein aux élections irlandaises pourrait encore compliquer les négociations qui s'annonçaient déjà houleuses concernant la future relation entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. Le parti situé très à gauche sur l'échiquier politique milite en effet en faveur d'un référendum de réunification de la République d'Irlande et de l'Irlande du Nord. En Allemagne, la dauphine désignée d'Angela Merkel, Annegret Kramp-Karrenbauer, a renoncé à la présidence de la CDU alors que son parti se fissure après l'alliance d'une frange du parti avec l'extrême droite en Thuringe. Enfin, les perspectives économiques restent assombries par la politique commerciale de Donald Trump. L'Europe pourrait perdre des débouchés en Chine après l'accord américano- chinois prévoyant une hausse des importations de produits américains. Le fantasque président menace aussi régulièrement d'imposer de nouvelles surtaxes sur les produits européens. Dans ce contexte, les cambistes épinglent les fragilités de la monnaie unique qui englobe des réalités économiques bien différentes. Les plus pessimistes pronostiquent même un retour à la parité qui n'a plus été atteinte depuis 2002. Pour un investisseur, garder une exposition diversifiée en devises demeure donc tout indiqué.