L'euro montait encore face au dollar jeudi, profitant des déclarations du président de la Banque centrale européenne qui n'a pas laissé transparaître d'intention d'amplifier son programme d'assouplissement monétaire et avant un discours attendu de la présidente la Réserve fédérale américaine.

Vers 06H15 GMT (08H15 en Belgique), la monnaie unique européenne valait 1,1191 dollar, contre 1,1180 dollar mercredi vers 21H00 GMT. La devise européenne perdait un peu de terrain face à la monnaie nippone à 134,28 yens contre 134,46 yens mercredi. Le dollar aussi baissait un peu un peu face à la devise japonaise à 119,99 yens contre 120,27 yens la veille.

Alors que le marché se préparait à un discours très accommodant de Mario Draghi, celui-ci n'a fourni de signes laissant penser que la BCE se préparait à amplifier le programme d'assouplissement quantitatif.

Un tel assouplissement aurait pesé sur la monnaie unique en la rendant moins rémunératrice.

M. Draghi a affirmé mercredi ne "pas voir de risques majeurs pour la stabilité financière", comme l'apparition de nouvelles bulles spéculatives, "se matérialiser à l'heure actuelle", en dépit de taux d'intérêt très bas.

L'euro avait souffert avant ces propos de commentaires la semaine dernière d'un membre du directoire de l'institution, Benoit Coeuré, sur la "capacité à agir" de la banque centrale "en modulant" son gigantesque programme d'achats d'actifs qu'elle a lancé début mars pour injecter environ 60 milliards d'euros par mois dans l'économie de la zone euro jusqu'en septembre 2016 au moins.

Le dollar quant à lui restait ferme après un nouveau discours de Dennis Lockhart, président de l'antenne régionale de la Fed d'Atlanta, qui a répété mercredi pour la deuxième fois en trois jours qu'une première hausse des taux d'intérêt américains restait possible cette année.

Janet Yellen doit s'exprimer jeudi, et toute réitération de commentaires sur une hausse des taux avant la fin de l'année pourrait entraîner le billet vert à la hausse.

Mais "il existe un risque de vente (du dollar) du à la faiblesse des marchés d'actions", a déclaré à l'agence Bloomberg News Tsutomu Soma, un responsable de Rakuten Securities à Tokyo. "Même si la Fed n'a pas changé de discours, l'incertitude demeure", a-t-il dit.

Vers 06H15 GMT, la livre britannique se stabilisait face à la monnaie unique européenne, à 73,31 pence pour un euro, mais montait face au dollar, à 1,5265 dollar pour une livre.

La devise suisse montait face à l'euro, à 1,0948 franc pour un euro, comme face au billet vert, à 0,9782 franc pour un dollar.

L'euro montait encore face au dollar jeudi, profitant des déclarations du président de la Banque centrale européenne qui n'a pas laissé transparaître d'intention d'amplifier son programme d'assouplissement monétaire et avant un discours attendu de la présidente la Réserve fédérale américaine.Vers 06H15 GMT (08H15 en Belgique), la monnaie unique européenne valait 1,1191 dollar, contre 1,1180 dollar mercredi vers 21H00 GMT. La devise européenne perdait un peu de terrain face à la monnaie nippone à 134,28 yens contre 134,46 yens mercredi. Le dollar aussi baissait un peu un peu face à la devise japonaise à 119,99 yens contre 120,27 yens la veille.Alors que le marché se préparait à un discours très accommodant de Mario Draghi, celui-ci n'a fourni de signes laissant penser que la BCE se préparait à amplifier le programme d'assouplissement quantitatif.Un tel assouplissement aurait pesé sur la monnaie unique en la rendant moins rémunératrice.M. Draghi a affirmé mercredi ne "pas voir de risques majeurs pour la stabilité financière", comme l'apparition de nouvelles bulles spéculatives, "se matérialiser à l'heure actuelle", en dépit de taux d'intérêt très bas.L'euro avait souffert avant ces propos de commentaires la semaine dernière d'un membre du directoire de l'institution, Benoit Coeuré, sur la "capacité à agir" de la banque centrale "en modulant" son gigantesque programme d'achats d'actifs qu'elle a lancé début mars pour injecter environ 60 milliards d'euros par mois dans l'économie de la zone euro jusqu'en septembre 2016 au moins.Le dollar quant à lui restait ferme après un nouveau discours de Dennis Lockhart, président de l'antenne régionale de la Fed d'Atlanta, qui a répété mercredi pour la deuxième fois en trois jours qu'une première hausse des taux d'intérêt américains restait possible cette année.Janet Yellen doit s'exprimer jeudi, et toute réitération de commentaires sur une hausse des taux avant la fin de l'année pourrait entraîner le billet vert à la hausse.Mais "il existe un risque de vente (du dollar) du à la faiblesse des marchés d'actions", a déclaré à l'agence Bloomberg News Tsutomu Soma, un responsable de Rakuten Securities à Tokyo. "Même si la Fed n'a pas changé de discours, l'incertitude demeure", a-t-il dit.Vers 06H15 GMT, la livre britannique se stabilisait face à la monnaie unique européenne, à 73,31 pence pour un euro, mais montait face au dollar, à 1,5265 dollar pour une livre.La devise suisse montait face à l'euro, à 1,0948 franc pour un euro, comme face au billet vert, à 0,9782 franc pour un dollar.