Vers 09H10 GMT (11H10 à Bruxelles), l'euro gagnait 0,33% face au billet vert, à 1,1909 dollar, peu après avoir atteint 1,1915 dollar, à un cheveu du sommet depuis mai 2018 atteint le 6 août à 1,1916 dollar.

Le "dollar index", qui mesure la performance du dollar face à un panier de devises, a quant à lui touché son plus bas en deux ans.

Le billet vert perd du terrain "en raison de l'inquiétude suscitée par le report des discussions sur l'accord commercial entre les États-Unis et la Chine, prévues initialement samedi dernier", a avancé Avtar Sandu, analyste de Phillip Futures.

Les deux parties devaient faire un point sur l'accord commercial signé en janvier et aucune date n'a été donnée pour une nouvelle rencontre.

De plus, Washington a annoncé lundi le durcissement de sanctions contre le géant chinois des télécoms Huawei, en les étendant à 38 de ses filiales, de quoi renforcer les tensions entre les deux premières puissances économiques mondiales.

L'indice d'activité manufacturière de la région de New York, aussi appelé indice mensuel Empire State, a également incité les cambistes à se délester de leurs billets verts, selon plusieurs analystes. Cet indicateur a certes progressé en juillet, mais bien moins rapidement que le rythme de juin et qu'anticipé.

"Cela montre que la reprise économique aux États-Unis est en perte de vitesse et que la lenteur des négociations budgétaires semble peser sur les perspectives des petites et moyennes entreprises, " a estimé Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank.

Aidé par son statut de valeur refuge et par le reflux du dollar, l'or repassait mardi au-dessus de la barre des 2.000 dollars, à 2.007,43 dollars l'once vers 9H00 GMT (11H00 à Bruxelles), une première depuis mardi dernier.

Vers 09H10 GMT (11H10 à Bruxelles), l'euro gagnait 0,33% face au billet vert, à 1,1909 dollar, peu après avoir atteint 1,1915 dollar, à un cheveu du sommet depuis mai 2018 atteint le 6 août à 1,1916 dollar. Le "dollar index", qui mesure la performance du dollar face à un panier de devises, a quant à lui touché son plus bas en deux ans. Le billet vert perd du terrain "en raison de l'inquiétude suscitée par le report des discussions sur l'accord commercial entre les États-Unis et la Chine, prévues initialement samedi dernier", a avancé Avtar Sandu, analyste de Phillip Futures. Les deux parties devaient faire un point sur l'accord commercial signé en janvier et aucune date n'a été donnée pour une nouvelle rencontre. De plus, Washington a annoncé lundi le durcissement de sanctions contre le géant chinois des télécoms Huawei, en les étendant à 38 de ses filiales, de quoi renforcer les tensions entre les deux premières puissances économiques mondiales. L'indice d'activité manufacturière de la région de New York, aussi appelé indice mensuel Empire State, a également incité les cambistes à se délester de leurs billets verts, selon plusieurs analystes. Cet indicateur a certes progressé en juillet, mais bien moins rapidement que le rythme de juin et qu'anticipé. "Cela montre que la reprise économique aux États-Unis est en perte de vitesse et que la lenteur des négociations budgétaires semble peser sur les perspectives des petites et moyennes entreprises, " a estimé Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank. Aidé par son statut de valeur refuge et par le reflux du dollar, l'or repassait mardi au-dessus de la barre des 2.000 dollars, à 2.007,43 dollars l'once vers 9H00 GMT (11H00 à Bruxelles), une première depuis mardi dernier.