Vers 08h45 GMT (10h45 heure belge), l'euro perdait 0,32% face au billet vert, à 1,1198 dollar. Mercredi, il était monté jusqu'à 1,1257 dollar, un niveau plus vu depuis la mi-mars.

Ces derniers jours, les investisseurs ont plutôt ignoré les manifestations et les troubles aux Etats-Unis pour se concentrer sur les bonnes nouvelles concernant la pandémie de coronavirus.

"L'euro a tout particulièrement bénéficié de cet optimisme, grâce à de faibles nouveaux cas journaliers dans une grande partie de l'Europe et à la réouverture des économies", a expliqué Bluenne Chaye, analyste pour Ebury, tandis que la monnaie unique a progressé face au dollar lors des sept dernières séances.

"Il y a également eu de l'optimisme en Allemagne, première économie de la zone euro, où un paquet de mesures de 130 milliards d'euros a été approuvé la nuit dernière", a ajouté Samuel Siew, analyste pour Phillip Futures.

Ce plan a pour ambition non seulement de soutenir l'offre, à travers la réduction de la taxe sur la valeur ajoutée ou de nouvelles aides aux entreprises en difficulté, mais également la demande, par des subventions aux familles ou encore une augmentation de la prime d'achat pour les voitures électriques.

Les regards seront dorénavant tournés vers la Banque centrale européenne qui doit annoncer plus tard dans la journée ses décisions de politique monétaire.

Vers 08h45 GMT (10h45 heure belge), l'euro perdait 0,32% face au billet vert, à 1,1198 dollar. Mercredi, il était monté jusqu'à 1,1257 dollar, un niveau plus vu depuis la mi-mars. Ces derniers jours, les investisseurs ont plutôt ignoré les manifestations et les troubles aux Etats-Unis pour se concentrer sur les bonnes nouvelles concernant la pandémie de coronavirus. "L'euro a tout particulièrement bénéficié de cet optimisme, grâce à de faibles nouveaux cas journaliers dans une grande partie de l'Europe et à la réouverture des économies", a expliqué Bluenne Chaye, analyste pour Ebury, tandis que la monnaie unique a progressé face au dollar lors des sept dernières séances. "Il y a également eu de l'optimisme en Allemagne, première économie de la zone euro, où un paquet de mesures de 130 milliards d'euros a été approuvé la nuit dernière", a ajouté Samuel Siew, analyste pour Phillip Futures. Ce plan a pour ambition non seulement de soutenir l'offre, à travers la réduction de la taxe sur la valeur ajoutée ou de nouvelles aides aux entreprises en difficulté, mais également la demande, par des subventions aux familles ou encore une augmentation de la prime d'achat pour les voitures électriques. Les regards seront dorénavant tournés vers la Banque centrale européenne qui doit annoncer plus tard dans la journée ses décisions de politique monétaire.