Dans le cadre du projet du consortium Batopin (Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC) visant la rationalisation de son réseau de distributeurs de billets en Belgique, le parlement wallon a chargé l'Iweps d'analyser la répartition géographique des distributeurs de billets.

Sur base de données de la Banque Nationale de Belgique (BNB), l'étude met en évidence que la Wallonie disposait, fin 2021, de 1.720 machines automatiques (ATM) au sein de 992 implantations, soit 1 ATM pour 2.121 habitants (contre 1 ATM pour 1.942 habitants pour la Belgique). Sept communes wallonnes ne disposaient pas d'ATM et pour 64 d'entre elles, le seul ATM mis à disposition l'était par Bpost.

"Cette situation est en dégradation par rapport à l'année 2020, avec une perte de 221 ATM et de 88 implantations - et, selon les projections liées au projet Batopin, la dégradation devrait s'accélérer dans les années à venir et rendre l'accès aux distributeurs plus difficile en augmentant notamment les déplacements des usagers", souligne l'Institut régional.

Les taux de couverture varient fortement selon les provinces et plus encore selon les communes, les provinces de Luxembourg et de Namur étant les moins bien couvertes, ajoute-t-il.

Il ressort enfin de l'analyse qu'environ un quart de la population wallonne (25,5%) habite à plus de 3 km d'un ATM par la route, soit près de 930.000 habitants, et 8,8% habitent à plus de 5 km par la route, soit environ 319.550 habitants.

"La désertification bancaire est devenue une réalité pour de nombreux citoyens", a réagi en commission le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Christophe Collignon. "Néanmoins, je me dois de rappeler deux éléments essentiels: la matière est fédérale et il n'appartient pas aux communes de participer au financement du maintien des distributeurs pour pallier le désinvestissement anormal du secteur bancaire", a-t-il ajouté en rappelant les différentes actions entreprises par la Wallonie "vu l'importance et l'urgence du dossier".

Des contacts bilatéraux avec le fédéral et le ministre de l'Économie en particulier ont ainsi été pris et le comité de concertation a été interpellé en juin dernier afin de relayer les difficultés rencontrées sur le territoire wallon. Dans la foulée, le gouvernement fédéral s'est engagé à préparer, pour la fin 2022, une évaluation visant à améliorer l'accès des citoyens aux services financiers. Cette dernière devra tenir compte de l'étude de l'Iweps, a enfin estimé le ministre Collignon.

Dans le cadre du projet du consortium Batopin (Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC) visant la rationalisation de son réseau de distributeurs de billets en Belgique, le parlement wallon a chargé l'Iweps d'analyser la répartition géographique des distributeurs de billets. Sur base de données de la Banque Nationale de Belgique (BNB), l'étude met en évidence que la Wallonie disposait, fin 2021, de 1.720 machines automatiques (ATM) au sein de 992 implantations, soit 1 ATM pour 2.121 habitants (contre 1 ATM pour 1.942 habitants pour la Belgique). Sept communes wallonnes ne disposaient pas d'ATM et pour 64 d'entre elles, le seul ATM mis à disposition l'était par Bpost. "Cette situation est en dégradation par rapport à l'année 2020, avec une perte de 221 ATM et de 88 implantations - et, selon les projections liées au projet Batopin, la dégradation devrait s'accélérer dans les années à venir et rendre l'accès aux distributeurs plus difficile en augmentant notamment les déplacements des usagers", souligne l'Institut régional. Les taux de couverture varient fortement selon les provinces et plus encore selon les communes, les provinces de Luxembourg et de Namur étant les moins bien couvertes, ajoute-t-il. Il ressort enfin de l'analyse qu'environ un quart de la population wallonne (25,5%) habite à plus de 3 km d'un ATM par la route, soit près de 930.000 habitants, et 8,8% habitent à plus de 5 km par la route, soit environ 319.550 habitants. "La désertification bancaire est devenue une réalité pour de nombreux citoyens", a réagi en commission le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Christophe Collignon. "Néanmoins, je me dois de rappeler deux éléments essentiels: la matière est fédérale et il n'appartient pas aux communes de participer au financement du maintien des distributeurs pour pallier le désinvestissement anormal du secteur bancaire", a-t-il ajouté en rappelant les différentes actions entreprises par la Wallonie "vu l'importance et l'urgence du dossier". Des contacts bilatéraux avec le fédéral et le ministre de l'Économie en particulier ont ainsi été pris et le comité de concertation a été interpellé en juin dernier afin de relayer les difficultés rencontrées sur le territoire wallon. Dans la foulée, le gouvernement fédéral s'est engagé à préparer, pour la fin 2022, une évaluation visant à améliorer l'accès des citoyens aux services financiers. Cette dernière devra tenir compte de l'étude de l'Iweps, a enfin estimé le ministre Collignon.