Alors que la BNB prévoit une croissance du PIB belge de 3,5% l'an prochain, KBC n'évoque qu'une croissance de 0,9% pour cette même année 2021. La bancassureur se montre plus pessimiste pour le dernier trimestre de 2020 pour lequel il s'attend à une contraction de 4%. "Nous constatons que la mobilité a sérieusement diminué au quatrième trimestre", explique l'économiste en chef de KBC, Johan Van Gompel.

KBC n'est guère plus optimiste pour les trois premiers mois de 2021. "Nous voyons les chiffres liés à l'épidémie de coronavirus augmenter un peu partout, nous partons donc du principe que des mesures seront encore en vigueur lors des premiers mois de l'année afin de contenir les contaminations."

KBC voit l'économie belge surtout redémarrer aux deuxième, troisième et quatrième trimestres de 2021.

Alors que la BNB prévoit une croissance du PIB belge de 3,5% l'an prochain, KBC n'évoque qu'une croissance de 0,9% pour cette même année 2021. La bancassureur se montre plus pessimiste pour le dernier trimestre de 2020 pour lequel il s'attend à une contraction de 4%. "Nous constatons que la mobilité a sérieusement diminué au quatrième trimestre", explique l'économiste en chef de KBC, Johan Van Gompel. KBC n'est guère plus optimiste pour les trois premiers mois de 2021. "Nous voyons les chiffres liés à l'épidémie de coronavirus augmenter un peu partout, nous partons donc du principe que des mesures seront encore en vigueur lors des premiers mois de l'année afin de contenir les contaminations." KBC voit l'économie belge surtout redémarrer aux deuxième, troisième et quatrième trimestres de 2021.