La division belge représente 368 millions d'euros de bénéfice net, contre 159 millions d'euros en République tchèque et 85 millions pour les autres marchés internationaux.

Ces chiffres, ajoutés aux 1.175 millions d'euros engrangés au premier semestre, portent le résultat pour les neuf premiers mois de l'année 2019 à un "total solide" de 1.787 millions d'euros.

"Au cours du trimestre précédent, nous avions entamé un exercice à l'échelle du groupe visant à optimiser notre modèle de gouvernance au niveau du management (...). L'objectif de l'exercice est de devenir une entreprise plus agile, dotée d'un processus décisionnel accéléré, afin de délivrer les solutions clients plus rapidement. Les changements qui en découlent pour notre personnel seront, comme toujours, mis en oeuvre d'une manière respectueuse. En Belgique, par exemple, la réduction correspondante des ETP sera absorbée par les départs naturels", a souligné Johan Thijs, CEO de KBC, dans un communiqué.