Ces dépréciations concernent des écarts d'acquisition ou goodwill inscrits au bilan de la banque. Il s'agit d'adaptations comptables qui n'ont pas de conséquences directes sur sa trésorerie ni sur sa solvabilité, insiste ING.

Ces dépréciations concernent des écarts d'acquisition ou goodwill inscrits au bilan de la banque. Il s'agit d'adaptations comptables qui n'ont pas de conséquences directes sur sa trésorerie ni sur sa solvabilité, insiste ING.