De Volkskrant a obtenu les documents transmis aux syndicats belges dans le cadre de la loi Renault. Il en ressort que les fonctions administratives seront, à terme, transférées en Asie tandis qu'une partie des activités de gestion des risques sera délocalisée en Pologne.

La restructuration annoncée par ING conduira à la suppression de quelque 7.000 emplois, dont la moitié en Belgique. "Nous avons clairement expliqué, début octobre, que cette réorganisation est nécessaire car le travail évolue et les lieux de travail aussi. Cela a toujours fait partie des plans", a indiqué samedi un porte-parole de la banque.