La Belgique a emprunté un peu plus de 2,8 milliards d'euros par le biais d'obligations linéaires (OLO) à 5 et 10 ans, a annoncé lundi l'agence fédérale de la Dette, dont 1,043 milliard d'euros à cinq ans à un taux négatif de 0,056%.

La Belgique a également émis pour 1,76 milliard d'euros d'obligations à 10 ans, à un taux de 0,343%, un plancher jamais atteint.

Fin de semaine dernière, le taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne avait atteint un nouveau record en franchissant le seuil symbolique des 0,100%. Les taux d'intérêt sont tirés vers le bas par le programme monétaire de la BCE. Depuis le 9 mars, la Banque centrale européenne rachète en masse de la dette publique afin de relancer l'économie et les prix en zone euro. Elle s'est fixé pour objectif de débourser 60 milliards d'euros par mois au moins d'ici septembre 2016, soit a minima 1.140 milliards.

Ce plan d'une ampleur historique a pour effet de raréfier les titres disponibles à la vente, puisque la BCE en capte une très grande partie, ce qui a pour effet de faire baisser mécaniquement les taux d'emprunt.

La Belgique a emprunté un peu plus de 2,8 milliards d'euros par le biais d'obligations linéaires (OLO) à 5 et 10 ans, a annoncé lundi l'agence fédérale de la Dette, dont 1,043 milliard d'euros à cinq ans à un taux négatif de 0,056%.La Belgique a également émis pour 1,76 milliard d'euros d'obligations à 10 ans, à un taux de 0,343%, un plancher jamais atteint.Fin de semaine dernière, le taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne avait atteint un nouveau record en franchissant le seuil symbolique des 0,100%. Les taux d'intérêt sont tirés vers le bas par le programme monétaire de la BCE. Depuis le 9 mars, la Banque centrale européenne rachète en masse de la dette publique afin de relancer l'économie et les prix en zone euro. Elle s'est fixé pour objectif de débourser 60 milliards d'euros par mois au moins d'ici septembre 2016, soit a minima 1.140 milliards.Ce plan d'une ampleur historique a pour effet de raréfier les titres disponibles à la vente, puisque la BCE en capte une très grande partie, ce qui a pour effet de faire baisser mécaniquement les taux d'emprunt.