"Seul un millier de cartes ont réellement été utilisées", a précisé vendredi Monique Delvou, porte-parole de Belfius. Au total, la banque a perdu 1,2 million d'euros. Suite à un hacking, des pirates informatiques "ont pu prendre connaissance des données de cartes de crédit de clients et les reproduire". Ils revendaient ensuite les cartes frauduleuses 10 à 50 dollars. L'utilisation du code PIN n'est pas systématique et diffère selon les pays, les données de la carte suffisent parfois à faire des achats par internet par exemple. "Tous les clients ont été remboursés", et "des cartes gratuites ont été distribuées après le blocage". Dexia a aussi porté plainte à l'époque auprès du parquet et de la Computer Crime Unit.

Cinq pirates informatiques présumés ont été inculpés dans cette affaire. Dexia n'était pas la seule victime puisque les hackers auraient pénétré les systèmes de plusieurs sociétés américaines et européennes et dérobé plus de 160 millions de numéros de cartes de crédit, a annoncé jeudi la Justice américaine. Deux des prévenus, Vladimir Drinkman et Alexandre Kalinine, ont été arrêtés le 28 juin 2012 à la demande des Etats-Unis alors qu'ils se trouvaient aux Pays-Bas. Les trois autres suspects sont en fuite.

"Seul un millier de cartes ont réellement été utilisées", a précisé vendredi Monique Delvou, porte-parole de Belfius. Au total, la banque a perdu 1,2 million d'euros. Suite à un hacking, des pirates informatiques "ont pu prendre connaissance des données de cartes de crédit de clients et les reproduire". Ils revendaient ensuite les cartes frauduleuses 10 à 50 dollars. L'utilisation du code PIN n'est pas systématique et diffère selon les pays, les données de la carte suffisent parfois à faire des achats par internet par exemple. "Tous les clients ont été remboursés", et "des cartes gratuites ont été distribuées après le blocage". Dexia a aussi porté plainte à l'époque auprès du parquet et de la Computer Crime Unit. Cinq pirates informatiques présumés ont été inculpés dans cette affaire. Dexia n'était pas la seule victime puisque les hackers auraient pénétré les systèmes de plusieurs sociétés américaines et européennes et dérobé plus de 160 millions de numéros de cartes de crédit, a annoncé jeudi la Justice américaine. Deux des prévenus, Vladimir Drinkman et Alexandre Kalinine, ont été arrêtés le 28 juin 2012 à la demande des Etats-Unis alors qu'ils se trouvaient aux Pays-Bas. Les trois autres suspects sont en fuite.