Depuis quelques semaines, les marchés sont de nouveau en proie à une forte volatilité. Les investisseurs qui ont récupéré leurs pertes du dernier trimestre 2018 doivent-ils maintenant vendre ou au contraire rester investis en actions ?
...

Depuis quelques semaines, les marchés sont de nouveau en proie à une forte volatilité. Les investisseurs qui ont récupéré leurs pertes du dernier trimestre 2018 doivent-ils maintenant vendre ou au contraire rester investis en actions ? Dans le contexte actuel, il est clair qu'il y a davantage de risques pour les marchés d'actions. La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine ne fait de bien à personne. Il n'y a pas de gagnant. Tout le monde est perdant. Le pouvoir d'achat des Américains va être atteint, c'est clair. D'ailleurs, quelque 150 grandes sociétés américaines et multinationales ont écrit une lettre à Trump pour lui dire qu'il était grand temps d'arrêter. Côté chinois, cette guerre aura aussi des répercussions sur le terrain de la demande de produits made in China. Bref, la prudence est de mise pour les investisseurs. D'autant que les gains restent importants depuis le début de l'année. Se couvrir n'est donc peut-être pas une mauvaise idée. Comment ? En élaguant ici et là son portefeuille, pour se protéger via, par exemple des warrants ou des trackers inversés, vu que les obligations et le cash ne rapportent plus rien du tout. Il est vrai aussi qu'un simple tweet présidentiel peut affoler les marchés... Trump voit la guerre commerciale avec les Chinois comme un bras de fer où il y a un gagnant et un perdant. Tout cela rend les marchés nerveux, c'est évident. Mais le fond du problème n'est pas là. On le voit bien avec l'affaire Huawei, il y a une course entre deux grandes nations pour l'hégémonie technologique. Face aux Gafan ( Google, Apple, Facebook, Amazon et Netflix, Ndlr), la Chine dispose aussi de ses géants numériques : les Baidu et compagnie. Mais avec son programme stratégique Made in China 2025, Pékin veut se rendre encore moins dépendant d'un point de vue technologique, notamment sur le terrain de l'intelligence artificielle. Or, les Etats-Unis veulent rester devant. Là est la vraie source de l'affrontement que se livrent aujourd'hui Washington et Pékin. Le problème de la balance commerciale vient au second plan. Les marchés vont-ils reproduire leur mauvaise performance de 2018 ? En fait, et c'est un point positif, les investisseurs ne sont pas euphoriques. Pourquoi ? Parce que ce sont surtout les grandes sociétés technologiques américaines qui sont à l'origine de la hausse des marchés depuis le début de l'année. Elles ont racheté en masse leurs propres actions. Mais à côté de cela, les investisseurs institutionnels (banques, compagnies d'assurances, etc.) se sont abstenus. Leurs portefeuilles ne sont donc pas surchargés en actions. Cela veut dire aussi qu'ils ne peuvent pas être massivement vendeurs. Raison pour laquelle je ne vois pas de cataclysme à venir. Sauf si la guerre commerciale sino-américaine commence à faire des victimes du côté de certaines grands groupes mondiaux, et que leurs bénéfices chutent.