Etats membres et eurodéputés s'opposent depuis des mois sur la mise en place d'une nouvelle architecture de supervision, chapeautée par un Comité du risque systémique et s'appuyant sur trois autorités (banques, marchés, assurances) aux pouvoirs renforcés.

Les 27 étaient parvenus à un compromis fragile sur la délimitation des pouvoirs des nouvelles entités, mais le Parlement a brouillé la donne en exigeant des transferts de compétences plus importants vers le niveau européen.

Didier Reynders, qui assure la présidence du conseil Ecofin depuis le 1er juillet, joue les bons offices dans ce dossier. Il espérait parvenir à un accord dès cette semaine, mais les positions restent pour l'heure encore trop écartées. Dans ce contexte, les 27 l'ont chargé mardi de poursuivre les négociations dans les prochaines semaines, en vue de parvenir à un compromis en septembre.

Trends.be, avec Belga

Etats membres et eurodéputés s'opposent depuis des mois sur la mise en place d'une nouvelle architecture de supervision, chapeautée par un Comité du risque systémique et s'appuyant sur trois autorités (banques, marchés, assurances) aux pouvoirs renforcés.Les 27 étaient parvenus à un compromis fragile sur la délimitation des pouvoirs des nouvelles entités, mais le Parlement a brouillé la donne en exigeant des transferts de compétences plus importants vers le niveau européen.Didier Reynders, qui assure la présidence du conseil Ecofin depuis le 1er juillet, joue les bons offices dans ce dossier. Il espérait parvenir à un accord dès cette semaine, mais les positions restent pour l'heure encore trop écartées. Dans ce contexte, les 27 l'ont chargé mardi de poursuivre les négociations dans les prochaines semaines, en vue de parvenir à un compromis en septembre.Trends.be, avec Belga