La banque centrale allemande reconnaît toutefois la possibilité de voir le produit intérieur brut de l'Allemagne afficher une croissance négative au troisième trimestre. Les économistes parlent d'une "récession technique" lorsque le PIB se contracte deux trimestres d'affilée. Or, le PIB allemand affichait un recul de 0,1% au deuxième trimestre.

"Mais si l'économie recule deux trimestres consécutifs, ce n'est pas une raison de s'inquiéter. Cela ne veut pas dire nécessairement que la phase d'expansion économique est terminée", tempère la "Buba" dans son rapport, soulignant la bonne tenue de l'emploi et de la consommation privée. Le secteur de la construction est également florissant outre-Rhin. "La contraction fait partie d'un refroidissement conjoncturel après une période de forte croissance", estime encore la Bundesbank. Mais tant la guerre commerciale sino-américaine que le brexit représentent de "graves risques" pour la conjoncture.

Plus tôt ce lundi, les chiffres publiés par l'institut IHS Markit ont fait état pour septembre de la plus grosse contraction de l'activité industrielle allemande en plus de 10 ans. Le secteur des services est encore en croissance mais celle-ci ralentit.