Les banques d'investissement, par la voix de l'Association pour les marchés financiers en Europe (AFME), et les gérants d'actifs britanniques, représentés par l'Association pour l'investissement (IA), plaident pour des séances plus courtes dans une lettre adressée au LSE, propriétaire de la Bourse de Londres, ainsi qu'aux autres opérateurs européens.

Ils suggèrent une ouverture de la séance à 9H00 et une clôture à 16H00, contre 08H00-16H30 jusqu'à présent pour le marché londonien. Pour les Bourses continentales, le marché ouvrirait entre 10H00 et 17H00, contre 09H00 et 17H30.

L'objectif affiché est d'améliorer l'égalité et le bien-être dans les salles de marché, réputées véhiculer une culture souvent machiste et où la tension est grande. En outre, l'industrie financière est l'une de celles où la discrimination salariale est la plus élevée.

Ces horaires matinaux ont aussi été "identifiés comme un obstacle de taille pour le recrutement et le fait de garder des talents plus divers, en particulier ceux qui ont des familles", précisent les deux associations dans un communiqué commun.

L'espoir est in fine de rendre les marchés plus efficaces, au bénéfice à la fois des épargnants et des investisseurs.

"Nous avons entendu tant d'histoires bouleversantes sur la santé mentale des traders et une vie personnelle affectée par les heures de travail", explique Galina Dimitrova, de l'IA.

La lettre explique que les échanges sont souvent peu fournis lors de la première heure de cotation, tandis que la dernière heure de la séance compte pour environ 35% des volumes.

Les professionnels de l'investissement rappellent en outre que l'amplitude horaire en Europe (8,5 heures par jour) est beaucoup plus large qu'aux Etats-Unis (6,5 heures) et en Asie (6 heures), sachant que les traders commencent leur journée longtemps avant l'ouverture et la finissent tard après la clôture.

"Le marché boursier risque de prendre du retard par rapport à une industrie financière qui pousse pour davantage de diversité et d'inclusion si le problème des longues journées n'est pas pris en considération", prévient April Day, responsable des actions chez l'AFME.