"La direction a ainsi les mains libres, ce qui nous fait craindre une vague de licenciements", ajoute le représentant du syndicat socialiste.

Le pôle bancaire belge du groupe d'assurance néerlandais est à vendre depuis l'automne dernier. A l'époque, la direction s'était engagée sur un moratoire garantissant l'absence de tout licenciement. Le texte a été prolongé à plusieurs reprises. "Le terme de ce moratoire est fixé au 3 octobre. Nous avons demandé sa prolongation" mais la direction aurait refusé, selon Staf Meirte.

"Ce moratoire était exceptionnel et temporaire. Il a tout de même été prolongé à quatre reprises", commente de son côté la direction. "Le contexte actuel rend moins nécessaire sa prolongation", ajoute-t-elle.

Un conseil d'entreprise est prévu mardi, suivi d'une réunion des syndicats au cours de laquelle des actions pourraient être décidées.

"La direction a ainsi les mains libres, ce qui nous fait craindre une vague de licenciements", ajoute le représentant du syndicat socialiste.Le pôle bancaire belge du groupe d'assurance néerlandais est à vendre depuis l'automne dernier. A l'époque, la direction s'était engagée sur un moratoire garantissant l'absence de tout licenciement. Le texte a été prolongé à plusieurs reprises. "Le terme de ce moratoire est fixé au 3 octobre. Nous avons demandé sa prolongation" mais la direction aurait refusé, selon Staf Meirte."Ce moratoire était exceptionnel et temporaire. Il a tout de même été prolongé à quatre reprises", commente de son côté la direction. "Le contexte actuel rend moins nécessaire sa prolongation", ajoute-t-elle.Un conseil d'entreprise est prévu mardi, suivi d'une réunion des syndicats au cours de laquelle des actions pourraient être décidées.