Selon une enquête de la banque digitale N26, la crise du coronavirus a forcé près de deux tiers des Belges à reporter ou annuler leurs projets. 68 % d'entre eux avaient en effet prévu d'effectuer un achat important ou de lancer un projet de vie cette année. Que ce soit des vacances à l'étranger (21 %), l'achat d'une nouvelle voiture (20 %), le remboursement de dettes (17 %) ou encore, la recherche d'un nouvel emploi (17 %).
...

Selon une enquête de la banque digitale N26, la crise du coronavirus a forcé près de deux tiers des Belges à reporter ou annuler leurs projets. 68 % d'entre eux avaient en effet prévu d'effectuer un achat important ou de lancer un projet de vie cette année. Que ce soit des vacances à l'étranger (21 %), l'achat d'une nouvelle voiture (20 %), le remboursement de dettes (17 %) ou encore, la recherche d'un nouvel emploi (17 %). 40% des Belges affirment également avoir perdu de l'argent pour un montant moyen de 750,27 euros par personne. Par ailleurs, plus d'un tiers des personnes interrogées (38 %) ont dû faire face à des achats imprévus à cause du coronavirus. Ces achats concernent en premier lieu un ordinateur (portable) pour 23 % et des appareils ménagers pour 22 %.La Belgique figure dans le top 3 des pays où les consommateurs ont perdu le plus d'argent. Ce sont les Allemands qui ont été les plus durement touchés, perdant en moyenne 995,06 euros à cause de l'annulation de leurs projets, suivis donc par les Belges (750,27 euros) et les Néerlandais (707,29 euros). Les jeunes générations ont été, semble-t-il, plus durement touchées. Parmi elles, les 25-34 ans ont eu le plus souvent besoin d'un soutien financier (36 %), notamment pour faire face à l'impact du chômage temporaire (cité par 24 % d'entre eux). La perte d'emploi constitue la principale raison pour les 18-24 ans (21 %). Près d'un quart des consommateurs ont dû chercher un soutien financier pour faire face à la crise (23 %). Ils l'ont d'abord trouvé auprès de leurs parents et des pouvoirs publics, ressort-il de cette enquête.L'enquête a également révélé que trois quarts (73 %) des Belges ont adopté de nouvelles habitudes dans leur vie quotidienne avec l'impact de la crise du coronavirus. "Depuis le début de la crise COVID, nous avons constaté des changements majeurs dans les comportements des consommateurs : deux Belges sur trois (66 %) pensent qu'ils opteront davantage pour des paiements sans contact plutôt qu'en espèces, ils comptent également réaffecter les fonds des projets annulés à d'autres projets et comptent trouver des tactiques d'épargne personnelle plus créatives", explique Jérémie Rosselli, General Manager de N26 pour la France et le BeNeLux.Les autres changements de comportement concernent le shopping en ligne pour des articles de mode (26 %) et les courses ménagères (18 %), ainsi que le téléchargement plus fréquent d'applications de fitness et l'entraînement sportif en ligne (15 %). Autre point notable, une grande majorité des personnes interrogées déclarent qu'elles conserveront ces nouvelles habitudes.