Alors que les quatre grandes banques du royaume (BNP Paribas Fortis, Belfius, ING et KBC) ont vu ensemble leur bénéfice chuter de 30% l'an dernier, Argenta termine, quant à elle, 2020 sur un résultat en forte hausse. Malgré la crise sanitaire et la persistance de taux d'intérêt peu élevés, la banque anversoise a en effet réussi à engranger un résultat net de 219 millions d'euros, contre 174 millions un an plus tôt. Soit une croissance spectaculaire de... 25%! Certes, environ 20 millions proviennent de la vente d'un portefeuille d'assurances aux Pays-Bas. Mais hormis cet élément exceptionnel, le bénéfice n'en affiche pas moins une progression...

Alors que les quatre grandes banques du royaume (BNP Paribas Fortis, Belfius, ING et KBC) ont vu ensemble leur bénéfice chuter de 30% l'an dernier, Argenta termine, quant à elle, 2020 sur un résultat en forte hausse. Malgré la crise sanitaire et la persistance de taux d'intérêt peu élevés, la banque anversoise a en effet réussi à engranger un résultat net de 219 millions d'euros, contre 174 millions un an plus tôt. Soit une croissance spectaculaire de... 25%! Certes, environ 20 millions proviennent de la vente d'un portefeuille d'assurances aux Pays-Bas. Mais hormis cet élément exceptionnel, le bénéfice n'en affiche pas moins une progression de 12,6%, à 196 millions d'euros. Ces bons résultats s'expliquent par de solides performances opérationnelles. Ainsi, le réseau de la banque à la pomme verte (2.600 personnes pour 428 agences) a vu ses revenus d'intérêt progresser de 6%. Si la vente de crédits logement a ralenti en raison de la ruée sur les maisons à l'approche de 2020 suite à la fin du woonbonus en Flandre et à l'impact du confinement, l'enseigne a tout de même réussi à octroyer pour 6 milliards d'euros de nouveaux prêts hypothécaires aux ménages belges et néerlandais, l'an dernier. L'année 2020 a aussi été celle du franchissement de la barre symbolique des 50 milliards d'euros pour les actifs sous gestion, ainsi que celle de l'introduction de certains services payants. Une petite révolution pour le "Colruyt de la banque" qui fête cette année son 65e anniversaire, mais dont "l'ambition reste de proposer des services bancaires au meilleur prix possible", confie le CEO Marc Lauwers dans un entretien à nos confrères du Standaard à l'occasion de la publication des résultats annuels de la banque. Elle vient d'ailleurs de conclure un partenariat avec Cake, la fintech lancée par le jeune entrepreneur flamand Davy Kestens, qui offre une solution de cashback qui sera automatiquement intégrée à l'application Argenta à partir de cet été. Si elle a dû constituer une provision de 65 millions d'euros afin de faire face à d'éventuels mauvais crédits et a donc davantage souffert de la pandémie que le réseau Argenta, la banque en ligne MeDirect affiche elle aussi des chiffres en nette croissance. Connue pour ses taux particulièrement alléchants sur ses comptes d'épargne, la plateforme a accueilli pas moins de 10.000 nouveaux clients l'an dernier, ce qui l'amène aujourd'hui à en compter une cinquantaine de milliers. C'est que, comme l'indique son directeur marketing Michiel Schurmans, MeDirect a pour ambition de se positionner de plus en plus comme "un acteur de la wealthtech via des partenariats pour offrir la meilleure expérience client possible". Et cela, avec des services allant de la banque au quotidien aux produits d'investissement en passant par des prêts hypothécaires. Un marché des prêts hypothécaires sur lequel MeDirect entend d'ailleurs se lancer d'ici la fin de l'année. Grâce à cette diversification, la plateforme espère multiplier le nombre de ses clients par cinq en cinq ans. Et franchir ainsi la barre des 250.000 "fidèles" à l'horizon 2025.