Changement de tête au sommet de Degroof Petercam. A bientôt 60 ans, Bruno Colmant a décidé de rendre son tablier en tant que CEO. Motif ? "Je suis un homme de mission, nous explique-t-il. C'est ma marque de fabrique : travailler de manière intense sur des problèmes complexes. Pendant deux ans, j'ai été complètement appliqué et concentré sur la remédiation administrative de la banque, la transformation des filiales, le lancement de la transformation informatique. Aujourd'hui ma mission est terminée. Je suis extrêmement honoré d'avoir contribué, comme CEO, et de manière décisive, au renforcement d'une des plus anciennes institutions financières du pays."

En bon état

Arrivé chez Degroof Petercam à l'automne 2015, Bruno Colmant en était devenu le CEO en 2019, suite au départ inattendu de l'ancien CEO Philippe Masset lorsque Degroof Petercam s'est retrouvée dans le collimateur des autorités de contrôles (BNB) pour cause de faiblesses en matière de contrôle anti-blanchiment. "Aujourd'hui, la banque fonctionne bien. Je la laisse en bon état à mon successeur", assure Bruno Colmant.

L'économiste vedette consacrera désormais son temps et son énergie à gérer uniquement le pôle private banking (37 milliards de fonds sous gestion), responsabilité qu'il combinait avec celle de CEO depuis quelques mois. "Cumuler les deux était intenable à long terme, nous confie Bruno Colmant. Ces deux années passées à la tête de la banque furent très intenses. Elles sont la synthèse de toutes mes expériences professionnelles, avec trois résonances particulières : la direction du cabinet de Didier Reynders, la présidence de la Bourse lors de la crise de 2008 et la fonction de deputy CEO d'Ageas au moment de la crise souveraine, sous la direction de Bart de Smet, qui fut un mentor pour moi. Je vais maintenant me consacrer à la direction du private banking qui est le moteur principal de la banque."

Successeur

Qui pourrait remplacer l'économiste à la tête de la première banque privée indépendante du pays: un Néerlandophone pour renforcer son image au nord du pays ? "Les clients ne ressentent pas ce caractère francophone, plaide Bruno Colmant. La banque tourne bien dans toutes les régions du pays." Certains citent toutefois le nom de Hugo Lasat, actuel responsable de la division asset management de Degroof Petercam. "Le processus de recrutement est lancé. Mais dès le départ, j'ai dit que je ne voulais pas être impliqué dans le choix de mon successeur", conclut-il.

Changement de tête au sommet de Degroof Petercam. A bientôt 60 ans, Bruno Colmant a décidé de rendre son tablier en tant que CEO. Motif ? "Je suis un homme de mission, nous explique-t-il. C'est ma marque de fabrique : travailler de manière intense sur des problèmes complexes. Pendant deux ans, j'ai été complètement appliqué et concentré sur la remédiation administrative de la banque, la transformation des filiales, le lancement de la transformation informatique. Aujourd'hui ma mission est terminée. Je suis extrêmement honoré d'avoir contribué, comme CEO, et de manière décisive, au renforcement d'une des plus anciennes institutions financières du pays."En bon étatArrivé chez Degroof Petercam à l'automne 2015, Bruno Colmant en était devenu le CEO en 2019, suite au départ inattendu de l'ancien CEO Philippe Masset lorsque Degroof Petercam s'est retrouvée dans le collimateur des autorités de contrôles (BNB) pour cause de faiblesses en matière de contrôle anti-blanchiment. "Aujourd'hui, la banque fonctionne bien. Je la laisse en bon état à mon successeur", assure Bruno Colmant. L'économiste vedette consacrera désormais son temps et son énergie à gérer uniquement le pôle private banking (37 milliards de fonds sous gestion), responsabilité qu'il combinait avec celle de CEO depuis quelques mois. "Cumuler les deux était intenable à long terme, nous confie Bruno Colmant. Ces deux années passées à la tête de la banque furent très intenses. Elles sont la synthèse de toutes mes expériences professionnelles, avec trois résonances particulières : la direction du cabinet de Didier Reynders, la présidence de la Bourse lors de la crise de 2008 et la fonction de deputy CEO d'Ageas au moment de la crise souveraine, sous la direction de Bart de Smet, qui fut un mentor pour moi. Je vais maintenant me consacrer à la direction du private banking qui est le moteur principal de la banque." SuccesseurQui pourrait remplacer l'économiste à la tête de la première banque privée indépendante du pays: un Néerlandophone pour renforcer son image au nord du pays ? "Les clients ne ressentent pas ce caractère francophone, plaide Bruno Colmant. La banque tourne bien dans toutes les régions du pays." Certains citent toutefois le nom de Hugo Lasat, actuel responsable de la division asset management de Degroof Petercam. "Le processus de recrutement est lancé. Mais dès le départ, j'ai dit que je ne voulais pas être impliqué dans le choix de mon successeur", conclut-il.