Sur le site de Strépy, menacé de fermeture, les piquets de grève sont toujours en place et une assemblée du personnel a été organisée vendredi matin. Celle-ci a permis aux responsables syndicaux d'expliquer aux travailleurs l'échec des négociations avec la direction. "Les travailleurs sont en colère", résume Valérie Vanwalleghem du SETCa, évoquant "une mascarade" au sujet de la négociation de jeudi. Aucune réunion n'est actuellement prévue ce vendredi entre direction et syndicats. Pour rappel, la grève chez le transporteur de fonds Brink's a commencé le mercredi 27 octobre pour protester contre les économies annoncées par la direction. Celles-ci prévoient que les transporteurs passent du statut d'employé à celui d'ouvrier ainsi que la fermeture de l'implantation de Strépy. Pour le syndicat socialiste SETCa, le passage des transporteurs au statut d'ouvrier est totalement exclu.

"Nous étions prêts à faire de grandes concessions. Ainsi, nous étions d'accord pour le statut d'ouvrier, avec les conditions de salaire et de travail qui valent chez le concurrent Group 4, à condition que les travailleurs concernés gardent les délais de préavis valables pour les employés", explique le permanent syndical Marc Geerinck (ACV). Selon lui, la direction voulait cependant introduire le statut d'ouvrier sans aucune concession. "Il fallait que nous l'acceptions pour qu'ils acceptent de négocier des mesures sociales pour accompagner la fermeture de l'implantation de Strépy qui concerne une soixantaine de personnes. C'est totalement inacceptable", commente-t-il encore.

Trends.be, avec Belga

Sur le site de Strépy, menacé de fermeture, les piquets de grève sont toujours en place et une assemblée du personnel a été organisée vendredi matin. Celle-ci a permis aux responsables syndicaux d'expliquer aux travailleurs l'échec des négociations avec la direction. "Les travailleurs sont en colère", résume Valérie Vanwalleghem du SETCa, évoquant "une mascarade" au sujet de la négociation de jeudi. Aucune réunion n'est actuellement prévue ce vendredi entre direction et syndicats. Pour rappel, la grève chez le transporteur de fonds Brink's a commencé le mercredi 27 octobre pour protester contre les économies annoncées par la direction. Celles-ci prévoient que les transporteurs passent du statut d'employé à celui d'ouvrier ainsi que la fermeture de l'implantation de Strépy. Pour le syndicat socialiste SETCa, le passage des transporteurs au statut d'ouvrier est totalement exclu."Nous étions prêts à faire de grandes concessions. Ainsi, nous étions d'accord pour le statut d'ouvrier, avec les conditions de salaire et de travail qui valent chez le concurrent Group 4, à condition que les travailleurs concernés gardent les délais de préavis valables pour les employés", explique le permanent syndical Marc Geerinck (ACV). Selon lui, la direction voulait cependant introduire le statut d'ouvrier sans aucune concession. "Il fallait que nous l'acceptions pour qu'ils acceptent de négocier des mesures sociales pour accompagner la fermeture de l'implantation de Strépy qui concerne une soixantaine de personnes. C'est totalement inacceptable", commente-t-il encore. Trends.be, avec Belga