Les perspectives économiques et financières de BNP Paribas Fortis ne sont guère réjouissantes, que ce soit pour l'économie mondiale ou belge. Les marchés deviennent très volatils, ce qui exige de la part de l'investisseur une attention accrue et une réaction rapide pour miser sur les bons secteurs, analyse la banque.

La guerre en Ukraine et les confinements en Chine mettent sous pression l'économie mondiale, ce qui se traduit par une explosion de l'inflation à travers le monde. Face à ce phénomène, l'incertitude se concentre sur la réaction des banques centrales : jusqu'où iront-elles pour briser l'inflation? "Elles ne peuvent rien faire du côté de l'offre mais peuvent intervenir sur la demande. Si les taux d'intérêt augmentent trop, la croissance pourrait être totalement compromise", prévient BNP Paribas Fortis.

En Belgique, la banque ne prévoit presque pas de croissance au deuxième trimestre, avant une reprise au cours des prochains trimestres. Sur base annuelle, elle attend une croissance de 2,1%, "en apparence robuste" mais influencée par un "important effet de base (1,9%)". La croissance réelle ne sera en réalité que de 0,2% selon BNPP Fortis.

L'immobilier est également touché par la hausse des taux d'intérêt, d'autant plus qu'il avait connu une flambée de prix pendant la pandémie, la population ayant eu besoin d'air et d'espace après les confinements. Le taux hypothécaire belge a augmenté de presque 2% en six mois, souligne la banque qui craint que cela ne menace d'empêcher l'accès à la propriété, surtout pour les jeunes. Si l'augmentation des revenus compense en partie cette hausse, cet effet est annulé par la hausse des prix de la construction.

Pour les investissements, la banque souligne que les valeurs technologiques en particulier ont été durement touchées par la hausse des taux des banques centrales. Sur le long terme, elle recommande de miser sur les actifs réels tandis qu'à court terme, elle prévoit davantage de volatilité. "L'image technique reste pour l'instant encore très négative. Les investisseurs attendent donc toujours que cette tendance s'inverse", commente Philippe Gijsels.

Un nouveau marché haussier fera cependant indéniablement son apparition, qu'il est difficile de prédire même si BNPP Fortis estime que les sociétés les plus prometteuses devraient être issues des secteurs des énergies alternatives, de la biotechnologie, du métavers, de la robotique et de la cybersécurité.

Les perspectives économiques et financières de BNP Paribas Fortis ne sont guère réjouissantes, que ce soit pour l'économie mondiale ou belge. Les marchés deviennent très volatils, ce qui exige de la part de l'investisseur une attention accrue et une réaction rapide pour miser sur les bons secteurs, analyse la banque. La guerre en Ukraine et les confinements en Chine mettent sous pression l'économie mondiale, ce qui se traduit par une explosion de l'inflation à travers le monde. Face à ce phénomène, l'incertitude se concentre sur la réaction des banques centrales : jusqu'où iront-elles pour briser l'inflation? "Elles ne peuvent rien faire du côté de l'offre mais peuvent intervenir sur la demande. Si les taux d'intérêt augmentent trop, la croissance pourrait être totalement compromise", prévient BNP Paribas Fortis.En Belgique, la banque ne prévoit presque pas de croissance au deuxième trimestre, avant une reprise au cours des prochains trimestres. Sur base annuelle, elle attend une croissance de 2,1%, "en apparence robuste" mais influencée par un "important effet de base (1,9%)". La croissance réelle ne sera en réalité que de 0,2% selon BNPP Fortis.L'immobilier est également touché par la hausse des taux d'intérêt, d'autant plus qu'il avait connu une flambée de prix pendant la pandémie, la population ayant eu besoin d'air et d'espace après les confinements. Le taux hypothécaire belge a augmenté de presque 2% en six mois, souligne la banque qui craint que cela ne menace d'empêcher l'accès à la propriété, surtout pour les jeunes. Si l'augmentation des revenus compense en partie cette hausse, cet effet est annulé par la hausse des prix de la construction.Pour les investissements, la banque souligne que les valeurs technologiques en particulier ont été durement touchées par la hausse des taux des banques centrales. Sur le long terme, elle recommande de miser sur les actifs réels tandis qu'à court terme, elle prévoit davantage de volatilité. "L'image technique reste pour l'instant encore très négative. Les investisseurs attendent donc toujours que cette tendance s'inverse", commente Philippe Gijsels.Un nouveau marché haussier fera cependant indéniablement son apparition, qu'il est difficile de prédire même si BNPP Fortis estime que les sociétés les plus prometteuses devraient être issues des secteurs des énergies alternatives, de la biotechnologie, du métavers, de la robotique et de la cybersécurité.