"En 2022, il sera à nouveau question pour la consommation d'une forte relance, et pour les investissements des entreprises d'une solide croissance", anticipe Belfius Research.

Selon ses prévisions, les problèmes actuels de sous-traitance et de flambée des prix de l'énergie se normaliseront au second semestre.

Le début d'année sera encore marqué par une économie au ralenti, comme au quatrième trimestre de 2021, mais la consommation devrait redémarrer à partir du deuxième trimestre, estime Belfius Research. "Le consommateur belge épargnera alors moins et sera encouragé par les bonnes perspectives d'emploi."

Concernant l'inflation, elle "restera nettement plus élevée que l'objectif de 2% de la BCE", probablement à 2,9% pour l'ensemble de l'année, selon les prévisions.

"En 2022, il sera à nouveau question pour la consommation d'une forte relance, et pour les investissements des entreprises d'une solide croissance", anticipe Belfius Research. Selon ses prévisions, les problèmes actuels de sous-traitance et de flambée des prix de l'énergie se normaliseront au second semestre. Le début d'année sera encore marqué par une économie au ralenti, comme au quatrième trimestre de 2021, mais la consommation devrait redémarrer à partir du deuxième trimestre, estime Belfius Research. "Le consommateur belge épargnera alors moins et sera encouragé par les bonnes perspectives d'emploi." Concernant l'inflation, elle "restera nettement plus élevée que l'objectif de 2% de la BCE", probablement à 2,9% pour l'ensemble de l'année, selon les prévisions.