C'est sa meilleure performance depuis 2009, et elle s'explique d'abord par un effet de rattrapage. En 2018, le Bel 20 avait en effet perdu 18%, en raison de la forte montée des incertitudes liées au conflit commercial déclenché entre la Chine et les Etats-Unis, et aux atermoiements britanniques face au Brexit. En 2019, ces incertitudes n'ont certes pas di...

C'est sa meilleure performance depuis 2009, et elle s'explique d'abord par un effet de rattrapage. En 2018, le Bel 20 avait en effet perdu 18%, en raison de la forte montée des incertitudes liées au conflit commercial déclenché entre la Chine et les Etats-Unis, et aux atermoiements britanniques face au Brexit. En 2019, ces incertitudes n'ont certes pas disparu, mais elles sont moins présentes. On parle de la signature très prochaine d'un accord commercial sino-américain et la victoire de Boris Johnson aux dernières élections britanniques laisse espérer un Brexit " ordonné " ces prochains mois. Mais la Bourse de Bruxelles a, comme les autres places mondiales, bénéficié aussi de la poursuite de la politique monétaire très accommodante des banques centrales. Face aux taux zéro, voire négatifs, les actions constituent en effet un des rares actifs qui procurent encore un peu de rendement. Les meilleures performances ont été actées par les valeurs biotechs, avec Galapagos (+ 130% sur un an) et argenx (+ 70%). Le groupe électronique courtraisien Barco (+ 121%), le groupe immobilier WDP (+ 40%) et l'assureur Ageas (+ 35%) sont également dans le top 5 des meilleures performances. Seules deux valeurs affichent un rendement négatif : Colruyt, qui cède près de 25%, et Telenet, qui abandonne 2%. Il n'y a pas qu'à Bruxelles où les investisseurs se réjouissent. Sur les 12 derniers mois, l'indice phare de la Bourse de Paris affiche un gain de 26%, Francfort 25%, Milan 28%. Et aux Etats-Unis, le S&P 500 a engrangé 28,5% alors que les valeurs technologiques du Nasdaq ont progressé de plus de 32%...