Après un passage à vide en mars, le Baromètre ING des Investisseurs a rebondi à 107 points en avril, son plus haut en deux ans et largement au-dessus de son niveau neutre de 100 points. Cette embellie est notamment due au fait que 33 % des répondants voient l'économie belge se redresser dans les prochains mois. Il faut remonter à septembre 2018 pour retrouver une telle proportion d'optimistes. Ils sont encore 35 % à broyer du noir à son sujet.
...

Après un passage à vide en mars, le Baromètre ING des Investisseurs a rebondi à 107 points en avril, son plus haut en deux ans et largement au-dessus de son niveau neutre de 100 points. Cette embellie est notamment due au fait que 33 % des répondants voient l'économie belge se redresser dans les prochains mois. Il faut remonter à septembre 2018 pour retrouver une telle proportion d'optimistes. Ils sont encore 35 % à broyer du noir à son sujet. "Le sentiment que le bout du tunnel commence à être en vue grâce à l'avancée de la campagne de vaccination se reflète probablement dans les attentes concernant l'économie", explique Peter Vanden Houte, économiste en chef d'ING Belgique. Les prévisions boursières sont également en nette amélioration. 40 % des investisseurs tablent ainsi sur une hausse des cours dans les prochains mois, contre à peine 25 % qui craignent un recul, informe encore ING. Les investisseurs restent quand même sur leur défensive quant à leurs intentions futures. Le nombre d'investisseurs jugeant le moment opportun pour investir dans des secteurs plus risqués a même légèrement diminué par rapport à mars. À 34 %, le pourcentage d'investisseurs qui estiment le moment bien choisi pour investir dans des secteurs moins risqués n'a en revanche pas bougé par rapport au mois précédent. Les taux à court terme qui tournent autour de 0 %, en raison de la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne ne font pas les affaires des épargnants mais les investisseurs se montrent compréhensifs face à cette politique. Ainsi, pas moins de 45 % d'entre eux considèrent les taux bas comme une bonne chose pour l'économie, contre à peine 18 % ayant un avis contraire, note encore ING. Le coût de la vie a augmenté plus rapidement selon 71% des répondants. L'inflation "corona" semble être repartie à la hausse et les investisseurs belges l'ont manifestement ressenti. Pas moins de 71 % des personnes interrogées pour ce baromètre affirment ainsi que le coût de la vie a augmenté plus rapidement que d'habitude pendant la crise du coronavirus. "Cela s'explique par le fait que les gens perçoivent l'inflation principalement à travers leurs achats les plus fréquents, et notamment leurs achats alimentaires, même lorsque les autres prix n'ont quasiment pas augmenté ", précise Peter Vanden Houte.