"Cette décision est la conclusion d'une revue stratégique menée depuis juin 2021", explique dans un communiqué l'établissement, précisant qu'il va maintenir ses activités de banque de financement et d'investissement, "avec comme objectifs de consolider sa place sur le marché et son positionnement de banque de référence en matière de finance durable".

La fin de cette activité pourrait aboutir à la vente du portefeuille de clients en France, ING confirmant les rumeurs qui courraient depuis plusieurs semaines. "Les discussions étant en cours, aucune autre information ne peut être donnée à ce sujet pour le moment", a souligné la banque.

Selon des informations publiées dernièrement dans la presse, Société Générale fait figure de favori à la reprise, tandis que Crédit Mutuel Arkéa et Crédit Mutuel Alliance Fédérale, les deux frères ennemis du groupe mutualiste, ont également fait part de leur intérêt.

En rachetant le portefeuille, soit "environ un million de clients", chacun pourrait accélérer le développement de sa banque en ligne: Boursorama pour Société Générale, Monabanq pour Crédit Mutuel Alliance Fédérale et Fortuneo pour Arkéa, même si concernant ce dernier, l'établissement ne serait plus vraiment dans la course, selon une source proche du dossier.

ING a également annoncé qu'un accord avec les syndicats avait été signé concernant les mesures d'accompagnement d'un plan de sauvegarde de l'emploi, qui aboutira à "environ 460 suppressions de postes".

La banque en ligne ING était présente en France depuis 2000, faisant d'elle l'une des pionnières de ce secteur qui a vu le nombre d'acteurs se multiplier ces dernières années.

"Cette décision est la conclusion d'une revue stratégique menée depuis juin 2021", explique dans un communiqué l'établissement, précisant qu'il va maintenir ses activités de banque de financement et d'investissement, "avec comme objectifs de consolider sa place sur le marché et son positionnement de banque de référence en matière de finance durable". La fin de cette activité pourrait aboutir à la vente du portefeuille de clients en France, ING confirmant les rumeurs qui courraient depuis plusieurs semaines. "Les discussions étant en cours, aucune autre information ne peut être donnée à ce sujet pour le moment", a souligné la banque. Selon des informations publiées dernièrement dans la presse, Société Générale fait figure de favori à la reprise, tandis que Crédit Mutuel Arkéa et Crédit Mutuel Alliance Fédérale, les deux frères ennemis du groupe mutualiste, ont également fait part de leur intérêt. En rachetant le portefeuille, soit "environ un million de clients", chacun pourrait accélérer le développement de sa banque en ligne: Boursorama pour Société Générale, Monabanq pour Crédit Mutuel Alliance Fédérale et Fortuneo pour Arkéa, même si concernant ce dernier, l'établissement ne serait plus vraiment dans la course, selon une source proche du dossier. ING a également annoncé qu'un accord avec les syndicats avait été signé concernant les mesures d'accompagnement d'un plan de sauvegarde de l'emploi, qui aboutira à "environ 460 suppressions de postes". La banque en ligne ING était présente en France depuis 2000, faisant d'elle l'une des pionnières de ce secteur qui a vu le nombre d'acteurs se multiplier ces dernières années.