La plainte a été rejetée. Il y huit ans, Ping An avait investi dans Fortis qui recherchait des fonds après la reprise de ABN Amro. Lorsque Fortis a implosé, l'assureur chinois avait perdu son investissement. La société chinoise espérait une compensation de l'Etat belge et avait entamé une procédure devant un tribunal. La société était le plus important actionnaire de Fortis et avait voté contre la vente des différentes unités de la banque en février 2009.