La police a dressé un barrage afin d'empêcher l'accès des manifestants à la résidence du Premier ministre et manifestants et policiers se font face dans une ambiance plus que tendue. Plusieurs manifestants ont tenté de franchir le barrage, sans succès, et peu avant midi la situation dégénérait quelque peu, avec des jets de boules de neige, de pétards, de pavés et de bouteilles en direction des forces de l'ordre, qui ont fait usage de spray au poivre. Les deux autopompes de la police ont été actionnées. Une réunion est prévue à 12h30 entre les représentants syndicaux et les gouvernements fédéral et wallon. "On veut le maintien de l'ensemble de l'activité sidérurgique à Liège, le chaud et le froid, sinon ce sera une catastrophe sociale", a indiqué David Camerini, président de la délégation CSC. "Nous voulons des actes concrets, et plus des paroles", a-t-il insisté. (BRUNO FAHY)

La police a dressé un barrage afin d'empêcher l'accès des manifestants à la résidence du Premier ministre et manifestants et policiers se font face dans une ambiance plus que tendue. Plusieurs manifestants ont tenté de franchir le barrage, sans succès, et peu avant midi la situation dégénérait quelque peu, avec des jets de boules de neige, de pétards, de pavés et de bouteilles en direction des forces de l'ordre, qui ont fait usage de spray au poivre. Les deux autopompes de la police ont été actionnées. Une réunion est prévue à 12h30 entre les représentants syndicaux et les gouvernements fédéral et wallon. "On veut le maintien de l'ensemble de l'activité sidérurgique à Liège, le chaud et le froid, sinon ce sera une catastrophe sociale", a indiqué David Camerini, président de la délégation CSC. "Nous voulons des actes concrets, et plus des paroles", a-t-il insisté. (BRUNO FAHY)