Sur les cinq dernières années, 5.600 postes de fonctionnaires fédéraux ont déjà disparu. Il y en aura 4.000 de plus pour les deux prochaines années, a expliqué le syndicat socialiste. Selon le secrétaire d'Etat, des investissements en informatique doivent compenser le manque de personnel. Si la CGSP reconnaît qu'un certain nombre de tâches peuvent être informatisées, elle craint néanmoins une diminution de la qualité des services. Elle déplore également que les services sociaux paient un plus lourd tribut, en terme de personnel, que les services dédiés à la sécurité par exemple. Le syndicat s'interroge. "Combien de temps encore la fonction publique tiendra-t-elle? Les contrôles de la fraude à la TVA et les contrôles de sécurité alimentaire nécessitent plus d'agents." Au niveau de l'interruption de carrière, seuls les douze premiers mois pourront encore être obtenus sans motivation, alors que la situation actuelle prévoit cinq années. "Nous craignons de voir de nombreuses demandes refusées". A propos du blocage des examens de promotion et du système de prime à la compétence, Hendrik Bogaert défend cette décision par "la future économie de 100 millions euros qui seront réaffectés à un autre système". Mais, du côté de la CGSP, on craint d'en arriver à un système de promotion lié à la performance. "Si les partenaires sociaux ne trouvent pas d'accord sur cette question avant septembre 2013, le gouvernement fédéral encaissera 100 millions d'euros", a annoncé la CGSP. (OLIVIER VIN)

Sur les cinq dernières années, 5.600 postes de fonctionnaires fédéraux ont déjà disparu. Il y en aura 4.000 de plus pour les deux prochaines années, a expliqué le syndicat socialiste. Selon le secrétaire d'Etat, des investissements en informatique doivent compenser le manque de personnel. Si la CGSP reconnaît qu'un certain nombre de tâches peuvent être informatisées, elle craint néanmoins une diminution de la qualité des services. Elle déplore également que les services sociaux paient un plus lourd tribut, en terme de personnel, que les services dédiés à la sécurité par exemple. Le syndicat s'interroge. "Combien de temps encore la fonction publique tiendra-t-elle? Les contrôles de la fraude à la TVA et les contrôles de sécurité alimentaire nécessitent plus d'agents." Au niveau de l'interruption de carrière, seuls les douze premiers mois pourront encore être obtenus sans motivation, alors que la situation actuelle prévoit cinq années. "Nous craignons de voir de nombreuses demandes refusées". A propos du blocage des examens de promotion et du système de prime à la compétence, Hendrik Bogaert défend cette décision par "la future économie de 100 millions euros qui seront réaffectés à un autre système". Mais, du côté de la CGSP, on craint d'en arriver à un système de promotion lié à la performance. "Si les partenaires sociaux ne trouvent pas d'accord sur cette question avant septembre 2013, le gouvernement fédéral encaissera 100 millions d'euros", a annoncé la CGSP. (OLIVIER VIN)