Russie: l'envolée spectaculaire du prix des denrées agroalimentaires

28/01/15 à 12:21 - Mise à jour à 12:21

Source: Belga

Hausse de 163% pour le chou, de 338% pour les tomates, de 478% pour les concombres: les autorités russes, qui ont promis de lutter contre les pratiques abusives, ont constaté des envolées des prix parfois spectaculaires dans certaines régions russes.

Russie: l'envolée spectaculaire du prix des denrées agroalimentaires

/ © AFP

L'embargo décrété cet été par Moscou sur la plupart des produits alimentaires européens et américains en raison de la crise ukrainienne, ainsi que l'effondrement du rouble, ont provoqué de fortes hausses de prix en Russie, parfois injustifiées selon les enquêteurs.

Ainsi "à Perm, le prix du chou a augmenté de 163%" entre le 20 décembre et le 23 janvier, alors que selon les statistiques officielles, la hausse des prix du chou en Russie a légèrement dépassé 30% durant la même période, a indiqué le parquet local dans un communiqué.

Il n'a pas exclu qu'une enquête criminelle pour "escroquerie, abus de pouvoir et violation des règles de concurrence" puisse être ouverte contre les responsables de ces réseaux à l'issue des vérifications supplémentaires qui doivent être lancées dans la foulée.

Dans la région de Tchéliabinsk, toujours dans l'Oural, le prix des concombres dans les magasins de grande distribution a augmenté "en moyenne" de 478,58% depuis août dernier, le prix des tomates de 338,13% et celui des poivrons rouges de 273,03%, selon un communiqué du parquet local.

L'inflation en Russie a déjà dépassé 11% en 2014 tous produits confondus.

Washington menace de renforcer les sanctions économiques contre la Russie

Par ailleurs, les Etats-Unis vont coopérer avec l'Union européenne pour renforcer les sanctions économiques contre la Russie en raison de son rôle dans le regain de violences dans l'est rebelle prorusse de l'Ukraine, a déclaré mercredi à Kiev le secrétaire d'Etat américain au Trésor Jack Lew.

"Notre premier choix est la solution diplomatique qui nous permettra d'atténuer les sanctions. Mais nous sommes préparés à faire plus si nécessaire. A cette fin, nous allons continuer de travailler avec nos alliés pour accroître la pression sur la Russie", a déclaré M. Lew à la presse.

"En revanche, nous avons clairement dit dès le début: si Moscou respecte intégralement ses obligations dans le cadre des accords (de paix) de Minsk, les sanctions contre la Russie pourraient être allégées", a fait valoir M. Lew.

2 milliards d'aide à l'Ukraine

Il a également annoncé que l'Ukraine, en proie à une grave crise économique, devrait recevoir cette année deux milliards de dollars de prêts américains afin de financer ses dépenses sociales, à condition que Kiev mette en ouvre les réformes promises, notamment en matière de lutte contre la corruption.

"Le gouvernement ukrainien continue d'aller de l'avant avec la mise en ouvre de son ambitieux programme de réformes et il a besoin du soutien de la communauté internationale pour progresser", a souligné le responsable américain, dont le pays a déjà octroyé à Kiev un prêt d'un milliard de dollars l'an passé.

L'Ukraine dont l'économie s'est effondrée de 8,5% en 2014, a perdu 20% de son PIB en raison du conflit dans l'Est et dépense entre cinq à sept millions de dollars par jour pour cette guerre, a assuré la semaine passée la ministre ukrainienne des Finances Natalie Jaresko, Américaine naturalisée ukrainienne et ancienne du département d'Etat américain.

En savoir plus sur:

Nos partenaires