Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/08/15 à 15:55 - Mise à jour à 15:55

Les dangers cachés derrière la disparition de l'argent cash

Chaque pays a son idée pour relancer la croissance. Le Danemark croit avoir trouvé une astuce de choc en supprimant en quelque sorte le cash de la vie quotidienne. Une bonne idée ?

Les dangers cachés derrière la disparition de l'argent cash

/ © istock

L'idée des Danois (1), c'est d'autoriser les stations-service, les restaurants et certains commerçants à refuser les paiements en liquide à partir du 1er janvier 2016. Pourquoi ? Parce que moins de paiements en cash signifie moins de personnel de sécurité, moins de transferts de billets en fourgons blindés, moins de braquages et surtout nettement moins de temps passé à rendre la monnaie.

Le cabinet de consulting McKinsey a calculé le coût du cash en circulation. Et le résultat, c'est que pour certains pays, comme la Russie, pour une période comprise entre 2007 et 2011, l'usage du cash aurait coûté 1,1% de croissance à l'économie.

La proposition de loi danoise doit encore passer la rampe du parlement, mais on sait déjà que les hôpitaux, les médecins, les épiceries et les bureaux de poste seront exemptés. En revanche, le risque de fraude électronique risque d'exploser. C'est le cas par exemple de la Suède, pays où le cash a presque totalement disparu, et qui a vu le nombre de fraudes électroniques être multiplié par deux au cours des dix dernières années !

Partager

Les amateurs de liberté savent que le cash en est l'une des expressions, et qu'il faut donc le sauvegarder !

Mais au-delà des fraudes, ce qui inquiète le plus un homme comme Bill Bonner, un économiste américain connu pour ses commentaires acérés, c'est que le recul du cash dans nos sociétés est une volonté générale de beaucoup de gouvernements - officiellement, pour lutter contre le terrorisme, la fraude fiscale, l'économie en noir. Mais en réalité, selon Bill Bonner, derrière ces arguments se cache la volonté d'à terme contrôler les citoyens, et la meilleure manière de s'y prendre c'est de contrôler leur argent. Si ce genre de pratique se répand, les autorités pourront demain couper l'accès à notre argent. Avec des systèmes de reconnaissance faciles, les autorités pourraient identifier n'importe qui dans n'importe quel environnement, dans un café, dans une manifestation ou devant un distributeur de billets. Ensuite, nous dit Bill Bonner, "en quelques clics de souris, les comptes bancaires pourraient être gelés ou confisqués. Le citoyen disparaîtrait en quelques secondes, incapable désormais de participer à la vie publique... forcé de fouiller les poubelles pour survivre."

Certains trouveront que Bill Bonner exagère. D'autres au contraire se souviennent de leurs cours d'histoire et savent que ce genre de scénario n'est pas impossible. L'histoire récente des comptes bancaires bloqués à Chypre ou l'histoire du ministre des Finances de la Grèce - qui a avoué qu'avec son fameux plan B, il préconisait ni plus ni moins que de pirater les comptes bancaires des citoyens - ces deux cas d'actualité montrent qu'en cas de crise, tout est possible, absolument tout. Et donc, les amateurs de liberté savent que le cash en est l'une des expressions, et qu'il faut donc le sauvegarder !

(1) Voir le site américain Quartz et le magazine L'Expansion de juin 2015.

En savoir plus sur:

Nos partenaires