'Les autorités doivent veiller à ce que le travail soit réellement récompensé dans notre pays'

22/08/17 à 14:30 - Mise à jour à 14:28

Source: Moneytalk

Stijn Baert, professeur en économie du travail à l'Université de Gand, répond à trois questions de la rédaction de Moneytalk. Il aborde la polarisation du marché du travail, le manque de migrants hautement qualifiés et le statut d'entrepreneur.

La fin de l'été est, pour beaucoup de jeunes gens, le moment de s'inscrire dans une haute école ou à l'université. Dans un avenir proche, la Belgique devra néanmoins faire face à une pénurie de personnes hautement qualifiées. Comment cela se fait-il ? Les jeunes qui sortent de l'enseignement secondaire et doivent faire un choix d'études peuvent-ils réagir à cette tendance ?

STIJN BAERT: "La pénurie de personnes hautement qualifiées est l'une des conséquences de deux grandes tendances que connaît le marché du travail. En premier lieu, il y a le vieillissement de la population : beaucoup de personnes qui font actuellement encore partie de la population active partiront sous peu à la pension et quitteront dès lors le marché du travail. De ce fait, globalement, beaucoup de postes se libéreront.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires