"La vie ne sera plus aussi rose que dans l'Union européenne"

28/06/16 à 11:04 - Mise à jour à 14:04

Le ministre des Finances George Osborne a évoqué la possibilité d'une hausse des impôts et des mesures d'économie, dans une première interview accordée à la BBC depuis que les Britanniques ont voté la semaine dernière pour une sortie de l'Union européenne.

"La vie ne sera plus aussi rose que dans l'Union européenne"

George Osborne, ministre des Finances britannique. © Reuters

L'homme a estimé que le résultat du referendum était "bien sûr regrettable" et que la vie "n'allait pas être aussi rose que dans l'Union européenne".

"Les marchés vont monter et descendre, mais nous sommes dans une longue période d'ajustement économique", a souligné le conservateur.

"Il est évident que ce pays va devenir plus pauvre", a-t-il poursuivi sur la BBC Radio 4. "Nous allons devoir fournir de la sécurité budgétaire aux gens, en d'autres termes nous allons montrer au pays et au monde que l'Etat peut vivre selon ses moyens", a ajouté le chancelier de l'Échiquier.

Le conservateur George Osborne a mené une campagne vigoureuse aux côtés de son Premier ministre, David Cameron, pour que les Britanniques votent pour rester dans l'UE au référendum du 23 juin. Il avait prévenu avant le vote qu'une décision de quitter l'UE entraînerait de graves conséquences économiques pour le pays et menacé d'une aggravation de la cure d'austérité conduite depuis son arrivée au Trésor en 2010.

Évoquant une "période prolongée d'ajustement économique", il a jugé que les difficultés financières évoquées avant le référendum avaient "commencé à se matérialiser", mettant en exergue le plongeon de la livre et les milliards de livres envolés en deux jours à la Bourse de Londres.

Interrogé sur l'éventuelle nécessité d'augmenter les impôts et de diminuer les dépenses, il a répondu: "Oui, absolument. Mais cette décision sera prise sous l'égide du nouveau Premier ministre - ce n'est bien sûr pas possible au moment où le Parti Conservateur se cherche un nouveau dirigeant".

Sitôt connu le résultat du référendum vendredi, David Cameron a annoncé sa démission. Il sera remplacé d'ici au 2 septembre à la tête du Parti Conservateur, qui dispose de la majorité absolue à la Chambre des Communes. Sans surprise, M. Osborne a déclaré mardi qu'il n'allait pas postuler pour sa succession.

Le chancelier de l'Échiquier a mené une rigoureuse politique d'austérité depuis le retour des conservateurs au pouvoir en 2010 et le déficit public s'est depuis réduit de plus de moitié.

Nos partenaires