L'Espagne déclare la guerre aux spéculateurs

07/05/10 à 15:48 - Mise à jour à 15:48

Source: Trends-Tendances

La réforme du code pénal espagnol, qui doit être prochainement adoptée au sénat, "punira la diffusion d'informations ou rumeurs destinées à altérer la cotation" d'une valeur boursière : "C'est un message clair aux spéculateurs !", a asséné Maria Teresa Fernandez de la Vega, vice-présidente du gouvernement ibère.

L'Espagne déclare la guerre aux spéculateurs

© Reuters

María Teresa Fernández de la Vega Sanz, vice-présidente du gouvernement espagnol, a dénoncé vendredi "les attaques spéculatives inacceptables" qui ont fait plonger la Bourse de Madrid cette semaine, soulignant que le nouveau code pénal espagnol punira ces pratiques.

"Cette semaine se sont produites des situations préoccupantes" à partir d'informations "dénuées de toute base objective, qui nous ont fait du mal et ont affecté de manière négative notre économie, a-t-elle lancé à l'issue d'un conseil des ministres. Les attaques spéculatives sont inacceptables !"

La vice-présidente du gouvernement ibère faisait référence aux rumeurs alarmistes, catégoriquement démenties, qui ont couru sur les marchés mardi, faisant plonger la Bourse de Madrid de 5,41 %. "L'Espagne n'acceptera pas qu'on joue avec son prestige et qu'on mette en danger son marché financier par des conduites punissables et antisociales", a-t-elle ajouté.

La dirigeante socialiste a rappelé que la réforme du code pénal espagnol, qui doit être prochainement adoptée au sénat, "punira la diffusion d'informations ou rumeurs destinées à altérer la cotation" d'une valeur boursière. "C'est un message clair aux spéculateurs", a-t-elle conclu.

L'Espagne est sortie de la récession au premier trimestre

L'Espagne est sortie de la récession au premier trimestre, enregistrant une timide croissance du PIB de 0,1 % par rapport au dernier trimestre de 2009, après un an et demi de contraction d'activité, selon une estimation de la Banque d'Espagne publiée vendredi.

L'Espagne est entrée dans la récession au deuxième semestre de 2008, frappée par la crise financière internationale et l'éclatement de la bulle immobilière qui avait dopé sa forte croissance des années précédentes.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires