France, Allemagne, Espagne, Grèce : qui est dans le vert, qui s'enfonce dans le rouge

12/05/10 à 15:39 - Mise à jour à 15:39

Source: Trends-Tendances

Si la croissance française s'est quasiment aplatie au premier trimestre de l'année, l'Allemagne et l'Espagne affichent toutes deux, et à la surprise générale, une légère progression de leur PIB. Quant à la Grèce, son économie s'est effondrée de 2,3 % sur un an.

France, Allemagne, Espagne, Grèce : qui est dans le vert, qui s'enfonce dans le rouge

© Reuters

France : croissance en panne en 2009 et au point mort au premier trimestre de 2010

La croissance française a été de seulement 0,1 % au premier trimestre de 2010, selon une première estimation publiée mercredi par l'Insee, qui a également revu en nette baisse les performances de l'économie hexagonale depuis l'éclatement de la crise internationale. Selon ces chiffres révisés par l'Institut national de la statistique, le produit intérieur brut de la France n'a progressé que de 0,1 % sur l'ensemble de 2008, contre + 0,3 % annoncé précédemment. Quant à la récession historique enregistrée en 2009, initialement évaluée à - 2,2 %, elle est encore plus sévère que prévue avec une chute du PIB de 2,5 %.

Pour cette année, le gouvernement mise officiellement sur une croissance de 1,4 %, un objectif qui risque désormais d'être très difficile à atteindre. Dans ses dernières prévisions actualisées en mars, l'Insee tablait sur une croissance molle de 0,2 % au premier trimestre, puis de 0,3 % au deuxième.

Comme l'Insee l'anticipait, la croissance du premier trimestre a été handicapée par la consommation des ménages, traditionnel moteur de l'activité en France, qui a stagné. Au total, la demande intérieure a retranché 0,1 point au PIB français sur cette période, tandis que le commerce extérieur y contribuait pour 0,4 point.

Allemagne : une légère croissance de 0,2 %, contre toute attente

L'économie allemande a affiché contre toute attente une petite croissance au premier trimestre, de 0,2 %, selon un chiffre publié mercredi et qui confirme la sortie de crise de la première économie européenne. Autre bonne surprise, le quatrième trimestre 2009 s'est lui aussi inscrit en croissance, de l'ordre de 0,2 %, a indiqué l'Office fédéral des statistiques, révisant à la hausse le chiffre publié initialement, qui faisait état d'une croissance nulle. Du coup, le recul du PIB annuel en 2009 atteint 4,9 % et non plus 5 %.

Le premier trimestre a souffert d'un hiver particulièrement rude, avec des températures négatives des semaines durant, qui a paralysé notamment le secteur très important du BTP. Mais les exportations et les investissements en biens d'équipement ont tiré l'activité industrielle, explique l'Office dans son communiqué.

L'an dernier, la crise a laminé la demande pour les produits fabriqués en Allemagne, qui a connu sa pire récession de l'après-guerre. Dès l'automne 2009 toutefois la première économie européenne a amorcé sa reprise. "La tendance à la hausse s'est affaiblie mais a continué", commente l'Office. Pour cette année, Berlin mise sur un taux de croissance de 1,4 %.

Espagne : mini-croissance de 0,1 %, plan d'austérité renforcé par Zapatero

L'économie espagnole est sortie de la récession au premier trimestre avec une petite croissance de 0,1 % par rapport au dernier trimestre 2009, selon des chiffres provisoires publiés mercredi par l'Institut national de la statistique (Ine).

Le gouvernement socialiste espagnol compte baisser d'en moyenne 5 % les salaires des fonctionnaires à partir de juin 2010 et les geler en 2011, a annoncé mercredi José Luis Rodriguez Zapatero devant les parlementaires, entre autres mesures d'austérité pour réduire les déficits publics. Le chef du gouvernement présentait les mesures supplémentaires d'austérité que son gouvernement adopte pour accélérer la réduction des déficits publics qui ont explosé à 11,2 % du PIB en 2009.

Le gouvernement socialiste avait annoncé en janvier un plan d'austérité de 50 milliards d'euros pour ramener ces déficits à 3 % en 2013, mais a décidé de mesures supplémentaires en raison des attaques contre l'euro la semaine dernière. Les mesures supplémentaires représenteront un total de 15 milliards d'euros sur deux ans.

Grèce : baisse de 0,8 % du PIB au premier trimestre, baisse de 2,3 % sur un an

La Grèce a enregistré une baisse de son PIB de 0,8 % au premier trimestre de 2010 par rapport aux trois derniers mois de 2009 selon les premières estimations, a annoncé mercredi l'autorité de la statistique grecque (ESA). Le PIB a baissé de 2,3 % au cours du premier trimestre par rapport au même trimestre de 2009, a ajouté un communiqué de l'ESA.

"La chute des investissements ainsi que l'importante baisse de la consommation publique ont contribué à la diminution du rythme de développement, affirme l'autorité grecque de statistique. En revanche, l'amélioration enregistrée dans la balance commerciale a été positive."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires