En 2016, 1% de la population mondiale sera plus riche que les 99% restants

19/01/15 à 12:09 - Mise à jour à 12:13

Source: Belga

Les richesses mondiales se concentrent de plus en plus aux mains "d'une petite élite fortunée". La part du patrimoine mondial détenue par les 1% les plus riches est passée de 44% en 2009 à 48% en 2014, et dépassera les 50% en 2016, estime Oxfam lundi dans son étude "Insatiable richesse, toujours plus pour ceux qui ont déjà tout", publiée en marge du forum économique de Davos.

En 2016, 1% de la population mondiale sera plus riche que les 99% restants

© iStock

L'an dernier, les adultes les plus riches possédaient en moyenne un patrimoine de 2,7 millions de dollars (2,3 millions d'euros) chacun.

La part du patrimoine mondial détenue par les 1% les plus riches s'élevait à 48% l'an dernier. La grande majorité des 52% restant est aux mains des 20% les plus fortunés, tandis que les autres 80% de la population mondiale ne se partagent que 5,5% de ce patrimoine.

Aujourd'hui, 80 individus possèdent autant que 3,5 milliards d'autres, contre 85 il y a un an. Ce nombre ne cesse de diminuer, puisqu'ils étaient 388 en 2010, avance l'ONG. En d'autres termes, "le patrimoine des 80 personnes les plus riches du monde a doublé entre 2009 et 2014". Oxfam soulignait en octobre dernier que la fortune de la minorité la plus riche augmente chaque minute, et cela se poursuit. En 2014, la fortune cumulée des 80 êtres les plus fortunés représentait 1.900 milliards de dollars (1.600 milliards d'euros) contre 1.300 milliards (1.100 milliards d'euros) en 2014.

"Voulons-nous vraiment vivre dans un monde où 1% possède plus que le reste d'entre nous?", s'interroge Winnie Byanyima, qui co-présidera l'édition 2015 de Davos, en Suisse, du 21 au 23 janvier. C'est pourquoi elle lancera un appel urgent à "enrayer la montée des inégalités", en commençant par prendre "des mesures énergiques contre l'évasion fiscale des multinationales".

Ofxam appellera les Etats à adopter sept mesures pour lutter contre les inégalités, comme mettre un frein à l'évasion fiscale des entreprises et grandes fortunes, investir dans la gratuité des services publics, instaurer un salaire minimum pour les travailleurs et répartir de manière équitable le fardeau fiscal pour uniformiser les règles du jeu.

Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires