Crispée, l'Europe attend la voix de la Grèce

05/07/15 à 08:55 - Mise à jour à 08:55

Source: Belga

L'Europe et ses dirigeants attendent dimanche avec fébrilité l'issue d'un référendum en Grèce lourd de conséquences pour l'avenir du continent.

Crispée, l'Europe attend la voix de la Grèce

© AFP

Ce vote qui doit soutenir ou sanctionner la ligne dure du gouvernement grec est "le panneau indicateur" de la suite des négociations entre Athènes et ses créanciers, estime Julian Rappold, chercheur à l'Institut allemand de politique étrangère (DGAP). Mais, au-delà, le scrutin, qui pourrait aboutir selon certains à une sortie de la Grèce de la zone euro, va "déterminer la future trajectoire de l'intégration européenne", assure Pawel Tokarski, analyste de la Fondation Sciences et Politique (SWP) à Berlin.

Une portée qui, malgré le calme affiché, explique l'appréhension des responsables européens en première ligne des discussions avec Athènes. Angela Merkel, particulièrement, se trouve "face à un dilemme", estime M. Rappold.

Une sortie de la Grèce de l'union monétaire signerait l'échec de la politique de gestion de crise insufflée depuis des années par la chancelière allemande. "Elle ne voudrait pas qu'on dise qu'elle a poussé la Grèce hors de l'euro", explique le chercheur. La chancelière craint aussi des conséquences économiques imprévisibles, un renforcement des mouvements anti-euro dans plusieurs pays et l'envoi d'un signal de faiblesse à des pays comme la Russie ou la Chine, selon lui.

Si le oui l'emporte, Angela Merkel devra obtenir de son Parlement le mandat de négocier un nouveau programme d'aide, alors que la critique monte dans ses propres rangs, et elle devra manoeuvrer avec une opinion publique peu encline à de nouveaux gestes de solidarité. Le référendum ne divise pas seulement les Grecs, il divise toute l'Union européenne.

Tabloïd fort peu amène avec Athènes, Bild, journal le plus lu d'Europe, a mené son propre référendum demandant aux Allemands s'ils voulaient "encore soutenir la Grèce avec des milliards d'euros". La réponse n'est certes pas représentative, mais elle donne le ton: 200.000 personnes ont répondu, et à 89% "Nein".

En revanche, des milliers de personnes se sont regroupées à Barcelone, Paris, Dublin ou Francfort pour manifester leur solidarité avec les Grecs et contester la politique européenne actuelle. Samedi à Berlin, Angela Merkel s'est fait accueillir par des pancartes "Oxi" (non, en grec) pour les journées portes ouvertes de son parti.

En Espagne, pays qui a aussi traversé une violente crise économique, les alliés de Syriza voient dans le référendum une occasion "historique" de changer l'Europe quelques mois avant les législatives de fin d'année. La droite, à l'inverse, craint une contagion de la politique de gauche radicale du parti grec.

Si les Italiens étaient appelés à s'exprimer comme en Grèce, 51% voteraient en faveur des mesures draconiennes imposées par l'Europe, pour éviter une sortie de l'euro et une faillite du pays, 30% voteraient contre, selon un récent sondage Ipsos.

En Grande-Bretagne aussi, où les électeurs seront bientôt amenés à donner leur avis sur leur avenir dans l'Europe, le référendum grec a une résonance particulière.

Parmi les responsables européens, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, redoute particulièrement le non. Bien que n'ayant aucun compte à rendre à des électeurs, il se trouve "dans une situation extrêmement difficile", souligne Pawel Tokarski.

Avec des apports d'urgence d'argent frais, la BCE donne aux banques grecques leur dernier souffle d'air. Si elle met un coup d'arrêt à ces prêts, elle risque d'appuyer sur le bouton "Grexit" et son président veut tout faire pour laisser cette décision aux politiques.

Mais pour l'heure, le scénario post-référendum est loin d'être clair, d'autant que la question posée aux Grecs est soumise à interprétations divergentes. Pour le gouvernement d'Athènes, il s'agit uniquement de dire non à de nouvelles mesures d'austérité, en rejetant la dernière proposition d'aide européenne. Mais cette proposition étant entretemps devenue caduque, d'autres comprennent ce référendum comme un vote pour ou contre l'euro.

"Quel que soit le résultat, il sera interprété différemment par les forces politiques en Grèce et dans la zone euro", met en garde M. Tokarski.

Lire aussi : Référendum aux multiples implications en Grèce

En savoir plus sur:

Nos partenaires